•  2 : Lignées reptiliennes prédatrices

                                                                

    Mars 2, le monde reptilien est-il une réalité ?

    Tous ceux qui ont pris le chemin de l'éveil ont lu des écrits concernant l'existence de races anciennes.
     
    En ce qui me concerne, c’est une partie de notre histoire qui n’a jamais résonné.
    Aucun souvenir de reptiliens.
    Ce passé n’existe tout simplement pas, mon Esprit ne s’y réfère jamais.
    Je me souviens de Sirius et de rien d’autre.
    D’ailleurs, les quelques êtres dont je détermine la provenance, viennent
    tous de Sirius.

    Et si, comme le suggèrent Sand et Jenaël, c’était une question de lignée ?
    Ce début de cycle demande à ce que nous soyons connectés à une
    lignée précise, occultant tout le reste  ?
    Dans ce que ma mémoire recèle, n’apparaissent jamais d’autres
    références que celles du peuple Siriusien, très présent à mes côtés.
    (Je n'emplois jamais le terme de Siriens, j'en suis incapable)

    Nous n’avons donc pas tous le même programme à assainir.
    Chacun s'applique à guérir un désordre bien précis enregistré au sein de notre mémoire cellulaire.
    Pour ce faire, nous effectuons un travail qui nous est propre et qui sera bien différent de celui de notre frère.
      
    Notre guidance intérieure nous focalise donc sur le nécessaire et pas sur toute la généalogie présente sur cette terre.
    Le fait de posséder un ADN commun avec un reptilien ne résonne pas en moi.
    Mais je ne renie pas cette réalité vécue par d'autres.
    Je ne m’en occupe tout simplement pas et que je poursuis mon chemin en toute confiance.

    Tout a du sens, nous comprendrons un jour pourquoi tant de réalités différentes cohabitent en ce moment sur terre.
    Accepter que chacun vibre une autre perception que la sienne sans que cela ne nous heurte fait aussi partie de l’exercice de guérison.
     
    J'ai relaté ma propre histoire dans un chapitre intitulé :
    En l'écrivant, je me suis aperçue que ma mémoire se focalisait sur ceux de Sirius.
    Une question informulée a interpellé ma conscience.
    Serait-il possible que la terre soit un champ d'expérimentation limité aux Siriusiens ?
     
    Je m'aperçois en ce jour que l'univers me répond grâce au mouvement généré par le texte de Sand et Jenaël.
     
    En ces temps de renaissance, chaque lignée coach les siens.
    Chacun se concentre sur la tâche à effectuer.
    Je suppose donc que lorsque certains parlent des Annunakis ou des Archontes, ils communiquent pleinement avec eux.
    Et moi, non.
    Cela n'a aucune importance.
    Seul compte la naissance de l'Etre,  et non pas sa mémoire, son chemin, sa compréhension.
    Nous ne sommes pas ici pour comprendre mais pour vivre.
     
     
    Mesnet
     
    Un travail intéressant a pris jour concernant ce sujet, sur le site du passeur.
    Voici par exemple le témoignage de Cécile.
     
    Jusqu’à présent une telle vision relevait pour moi de l’impensable. Aujourd’hui, elle s’impose en douceur.
    Je retiens trois compréhensions majeures de ce message :
    - l’humanité est un formidable melting-pot intergalactique,
    - les âmes qui s’y incarnent font un passage plus ou moins long par l’Université Gaïa, chacune avec un cursus différent,
    - chacun de nous peut éclairer le collectif par son cheminement, son déconditionnement, ses libérations, sa créativité, sa guérison.
     
    Ma réponse.
     
    Ce que tu énonces ici résonne parfaitement.
    Certains humains n’ont qu’une seule incarnation sur terre.
    Ce passé reptilien, même s’il est inscrit dans leur mémoire génétique, ne doit pas prendre autant de « place » que pour d’autres.
    Une fois que l’on a posé ce que tu viens d’émettre, argumenter n’est pas utile.
    L’être est UN, le chemin et la perception sont multiples.
    S’il y a bien une page sur ce site qui le démontre, c’est bien celle-ci.
    Je parcours les témoignages avec intérêt et émerveillement.
    Pas de vérité, mais des ressentis qui sont parfois opposés.
    Et cette opposition devient complémentarité intelligente lorsque chacun vit la loi de résonance.
    Dans la mesure où rien n’est lié au hasard, quelque part, une parcelle de moi-même résonne au travail fait ici.
    Mon intérêt pour ce sujet recèle une clef.
    Même si je n’ai pas travaillé sur une mémoire reptilienne en ce qui me concerne, je perçois que certains y sont liés et font « le job ».
    Je suis infiniment connectée à Sirius depuis quelques mois.
    D'autres perçoivent très clairement quelque chose de reptilien dans ce qui se projette autour d’eux.
    Nous sommes sans doute dans une zone de reconnexion très forte à nos lignées, à notre passé.
    Un grand ménage de printemps est en cours, sur ce sujet particulier.
    C’est ainsi que je perçois ce que je suis venue piocher sur ce site.
    Nos lignées se rapprochent de nous et ceci est une bonne nouvelle !
    Leur aide est la bienvenue.
     
    Voici également la réponse de Sand et Jenaël concernant mon cheminement :
      
    Il est tout à fait possible que l'aventure reptilienne ne résonne pas dans tes champs d'énergie puisque apparemment tu es préférentiellement connectée au Êtres Siriens, qui pour nous sont les "Abgal" (les cétacés/delphinidés). Certains d'entre eux ont participé en tant que "Kadistu" planificateur de vie, en collaboration avec certaines "Amasutum-reptilienne" à l'élaboration de l'ADN humain.  
     
     
    Donc effectivement si certaines choses ne résonnent pas en toi, c'est que soit ce n'est pas le moment ou soit que dans ton ADN essentiellement "Abgal" et humain, il subsiste très peu de programmes reptiliens. Peu importe, l'essentiel est de percevoir le fonctionnement égotique de la personnalité humaine.
     
     
     
    Extrait du texte de Sand et Jenaël.
     
    L'origine multidimentionnelle de l'ego.
     
    Les individus ayant accès à leurs mémoires galactiques savent que ces Êtres connus par les Traditions ésotériques comme étant les créateurs de l’humanité moderne (homo-sapiens-sapiens) ont amélioré la génétique de l’homo-érectus. Ces Êtres sont pour la plupart d’aspect reptilien mais possèdent néanmoins, une morphologie humanoïde qui est proche de la votre. Toutefois, faire le rapprochement entre « l’origine de l’ego » et les lignes temporelles reptiliennes n’est pas chose aisée à accepter pour la psyché de l’humain.
     

    Pour réaliser ce rapprochement, il faut savoir que les lignes temporelles reptiliennes se sont chevauchées puis fondues avec celles de la création de l’humanité et correspondent à la Genèse biblique. De plus, ces lignes temporelles ne sont pas seulement reptiliennes, puisqu’elles sont aussi peuplées par d’autres lignées d’Êtres stellaires qui ont également contribué à l’élaboration de l’ADN humain.

    Pour le moment, je vous parlerai donc uniquement de l’origine reptilienne de l’humanité d’aujourd’hui, puisque les humains ayant hérité de la forme primaire de l’ego à travers l’oeuvre de leurs créateurs, sont directement concernés par le sujet.
      
    Donc au moment de sa création, l’humain a été doté d’un cerveau primaire et de deux hémisphères, gauche et droit. Pour l’instant, intéressons-nous uniquement à ce cerveau primaire, qui est cette partie de l’encéphale nommée « cerveau reptilien ». Celui-ci s’est transformé tout au long de son évolution, en cerveau mammalien ou limbique. Il est le siège des grandes fonctions de survie et il est principalement responsable de certains comportements primaires comme la peur, la colère, la fuite, l’agressivité, le plaisir, l’hostilité à l’égard de ceux qui n’appartiennent pas au même groupe que lui, la territorialité, le respect de la hiérarchie sociale, la nécessité de se regrouper, l’allégeance à un chef…
      
    C’est cette même partie primaire de l’encéphale qui est responsable de la « malléabilité » du champ magnétique de l’ego. Elle intègre des caractéristiques spécifiques de « l’héritage fonctionnel » que vous ont laissées certaines lignées de vos créateurs. C’est d’ailleurs à travers l’Évolution de l’Âme, que ce « patrimoine fonctionnel » est devenu d’incarnation en incarnation, votre émotionnel d’aujourd’hui induisant vos comportements.
      
    Chez certains humains, les fonctions de prédateur provenant du cerveau reptilien sont encore très développées par rapport à d’autres individus. De ce fait, chez ces mêmes personnes, les fonctions du cerveau limbique ou émotionnel n’ont pas beaucoup évolué. Devinez quelle en est la raison ?

     

    Source et texte dans son intégralité :

    Sand et Jenaël sur le site du passeur 
     
     
    2 : Les extraterrestres et nous (1)
     
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  1 : L'histoire aussi est une illusion

                                         

    Avril 2013,

    L'histoire aussi est une illusion

     

    L'humain ne sait rien. Voilà la seule donnée que nous devrions commencer par apprendre. J'ai assisté mes enfants durant de longues années lors de leur apprentissage scolaire. Je crois que ce qu'ils détestaient le plus était les cours d'histoire. Notamment en troisième, année validée par un examen qui les oblige à ânonner les dates d'événements lointains. Mon Dieu que c'était inintéressant !

    Le contenu de ces cours se limite à une perception erronée de la réalité. Nous venons des étoiles, nous avons vécu de multiples vies à travers les âges, nous ne sommes pas seuls dans l'univers. Nous sommes Dieu. Ces fragments de mémoire sont pour l'instant exclus des manuels de l'éducation nationale. Notre histoire est beaucoup plus riche que celle d'un singe devenu conducteur d'engin motorisé.   

    A ce jour, personne ne détient la vérité en ce monde. Chacun s'inspire des bribes que lui restitue son Esprit. En ce qui me concerne, je ressens l'Atlantide comme faisant partie de mon futur. Mais sachant que le temps est une donnée que je commence à peine à intégrer, le futur et le passé ne sont plus des références sur lesquelles je m'appuie. Cela donne une évidence étrange à prononcer : je me souviens que je concevrai un jour l'Atlantide. Je me souviens du futur ! Telle est ma réalité.

    Vous lirez de nombreuses versions de notre épopée galactique. J'ai ma propre perception de notre genèse.  Pourquoi avons-nous tous des souvenirs si différents ? Parce que l'histoire ne se raconte pas. Elle se ressent, elle se vit et la VIE est multiple.

    Tout ceci n'est qu'un jeu. Je suis Dieu, je suis un pur Esprit et je m'amuse en ce moment à endosser le rôle d'un humain sans mémoire. C'est tout, il n'y a rien de plus. Tout le reste n'est qu'abstraction, illusion, construction phantasmatique. Je ne m'appuie sur rien d'autre que mes propres divagations. Elles sont réelles et pourtant ne sont que chimères pour la plupart de ceux qui m'entourent.

    Notre histoire humaine est falsifiée. Notre histoire galactique est orientée. Chacun son histoire, sa folie, son imagination. Ceci n'a qu'un but. Nous apprendre à nous détacher de tous les éléments qui nous façonnent et qui nous sont si chers.

    Nous venons du néant et nous n'allons nulle part. L'Esprit que nous sommes réapprend qu'il est l'Etre, pas le scénario. Concevoir qu'il existe de multiples versions de notre mémoire et s'extirper de cette illusion fait partie intégrante du processus de reconnexion à notre Divinité.

    Lâchons prise sur la perception de l'histoire racontée par un autre. Oublions même l'histoire à laquelle nous renvoie notre propre Esprit. Celui auquel nous sommes connectés aujourd'hui n'a pas d'histoire. Il est l'histoire, toutes les histoires.

    Lorsque vous vivez en tant qu'Esprit, cet aspect de vous-même reprend sa place, comme tout le reste. L'histoire n'est qu'un champ du possible, elle est l'apanage des Dieux.

    Je ne doute pas que dans les temps à venir, une histoire commune va se détacher et prendre forme. Nous aurons un passé collectif auquel nous référer. Mais en attendant, chacun vit son propre destin, illuminé par ses propres projections, rêves et réalités entremêlés.

    Je ne cherche plus ce que j'ai été puisque je sais ce que je suis. Je permets à l'Esprit que je suis d'alimenter mon quotidien de données à chaque instant renouvelées. Lorsque j'évoque Sirius, mon origine, ma mémoire cellulaire, je ne mets en lumière qu'une facette de ma dimension. Elle peut être remise en cause, transformée, modifiée. C'est une construction qui ne me définit plus. L'Histoire est une croyance. Ce que je suis ne croit en rien. Ce que je suis EST.

    Wydyr nous offre dans l'article ci-dessous, une des nombreuses versions de notre histoire. Elle est vraie, tout autant que ma propre version. Elle est de doute façon plus réelle que cette collection d'images mentales qui nous tient lieu de référence historique.

    J'apprécie plus particulièrement dans ce texte l'idée d'une mémoire mise en veille et prête à être réactivée aux moindres stimulis. Nous sommes la conscience universelle, nous sommes la Matrice. Cette réalité deviendra commune à tous. Le contenu de la Matrice est une variable stimulant l'éveil de chacun de façon différente.

    Citation de Wydyr :

    De nombreuses informations sont encore à l’état latent : tout ce qui n’est pas visité et reconnu par l’attention reste « désactivé » et « inconnu » en tant que programme.

     

    Mesnet

     

                   1 : L'histoire aussi est une illusion         

     

     

    LA RACE ELUE

    Tout ce que l’on voit par les yeux, tout ce que l’on ressent par les sens au sein de la Nature est révélation permettant la re- souvenance. En effet même si la matière réflectrice de ce monde fait partie de l’illusion elle n’en reflète pas moins les formes Essentielles de tous les archétypes célestes participant à cette création. Les Deva et Elémentaires sont là omniprésents et invisibles mais les formes de vie minérale végétale et animale en sont les « supports visibles ». Nous ne voyons cela que pour nous souvenir.

    A chaque fois que nous regardons un arbre nous pouvons communier avec son Essence de Deva et ainsi nous rappeler l’Unité fondamentale. Dame Nature est un vrai livre vivant ; tout ce que nous y voyons nous invite en son monde, le soleil nous invite en son royaume, l’arbre nous invite dans le Peuple des arbres, l’oiseau nous invite chez le Peuple des oiseaux, le Poisson nous invite dans le monde aquatique. Tout ce qui se présente à nous est la Porte d’un Rêve.

    Tout ce qui est reflet de Dame Nature nous invite à pénétrer dans ces mondes qui quoique invisibles sont aussi réels que le notre et ainsi peu à peu l’invisible se révélant devient visible pour nous

    Notre corps fait partie de ce vaste ensemble, il est reflet du Deva Ange que nous sommes et il nous invite à pénétrer dans le Monde invisible ou se trouve notre Double qui peut nous faire percevoir d’autres merveilles.

    Le corps : une illusion parmi tant d’autres !

    Ce « corps » que nous habitons et tout ce que nous ressentons par nos Sens n’est qu’une « sensation » de matière dense mais rien de plus. A chaque fois que le Soi souhaite visiter une fréquence lumineuse particulière il prend une forme de vie adaptée à L’univers visité et aux Archétypes organisant celui-ci.

    Dans notre système solaire la forme anthropomorphique « humanoïde » est en une manifestation. Notre corps comme toute forme présente en notre monde est donc une « sensation », un ressenti vibral résultant de l’interaction de notre Esprit solaire expansif et de la force compressive générée par la Lumière électromagnétique se manifestant sous apparence de Matière dense. Le Soi ressent ce corps comme étant « lourd »parce que la matière de ce monde astral est dense, cependant dans les autres fréquences lumineuses le Soi ressent d’autres réalités.

    Nos enveloppes subtiles éthérique, astrale, et mentale sont d’une fréquence plus éthérée: le corps éthérique est constitué d’une matière plus fluide (comme de la vapeur d’eau). Le corps astral est constitué d’une fréquence de feu par friction se manifestant en tant qu’ondes colorées, notre corps mental est de nature « air » le Soi ressent donc simultanément la réalité à partir de plusieurs plans vibratoires différents (il y en a 12 en tout) les chakras sont les Portes d’entrée de ces mondes et ceux-ci sont eux-mêmes subdivisés en 12 fréquences ce qui fait en tout 144 fréquences possibles à expérimenter.

    Au fur et à mesure de nos périples expérientiels notre Soi Conscience visite ces mondes et en puise les informations pour cocréer son royaume. Toutes les infos de l’Univers Source sont contenues en nos cellules via nos 12 brins d’ADN dont 2 sont seulement activés actuellement pour la plupart des gens. Le corps est une véritable Bibliothèque galactique : un hologramme contenant toutes les infos encodées sur des fréquences vibratoires particulières.

    Actuellement notre Conscience incarnée n’a exploré que très peu de ces Dimensions ; nombreuses informations sont encore à l’état latent : tout ce qui n’est pas « visité » et reconnu par l’Attention reste « désactivé »et « inconnu » en tant que programme. Chaque individu est donc différent.

    L’esprit de la Terre se réincarne !

    Tout ce que nous avons découvert au niveau technologique et scientifique provient d’un programme du plan mental. Chaque grande civilisation antérieure à eu pour but d’explorer une fréquence. La Terre elle-même s’est incarnée et désincarnée une multitude de fois. A chaque fois qu’elle attenait l’Apogée d’une expérience son corps s’auto détruisait et après une période de Repos dans la Grande Nuit cosmique elle prenait à nouveau forme pour continuer son exploration tout en détenant en sa banque de données les informations résultantes de ses vécus antérieurs qu’elle avait soigneusement analysés , classés et ordonnées pendant sa grande nuit de repos.

    A chaque Grande Epoque de l’Evolution la Conscience de « l’Humanité Gaia » explore et expérimente une fréquence particulière. Lorsqu’elle à expérimenté la fréquence minérale, ce sont les Devas des minéraux qui ont œuvré sur la Terre puis une fois l’installation de ce Règne accompli, le flambeau fut passé aux Devas Végétaux qui sous forme d’arbres immenses ont généré le règne végétal, ce fut ensuite le tour des Devas Animaux qui sous forme d’animaux gigantesques ont élaboré la gent animale sur Terre.

    C’est au cours de ces trois périodes préparatoires que les Devas ont ajusté leurs formes de vie aux nécessités de l’évolution. Les arbres et les animaux gigantesques ont disparu et ont été ramenés à une taille plus modeste. Le peuple des Fourmis était constitué de Fourmis géantes, plus grosses que nos chiens actuels et si Dame Nature a fait régresser ce Peuple sous une forme minuscule c’est afin d’assurer la préservation de ce Peuple qui ainsi existe encore de nos jours. De la même façon les Dinosaures et autres immenses reptiles sont devenus lézards ou serpents. Par la suite il en fut de même pour l’Homme qui à l’origine était un « Géant ». Nous sommes aujourd’hui de taille plus modeste mais peut être l’avenir nous demandera t’il de diminuer encore de taille ( comme les fourmis) car au rythme actuel de nos besoins, il est évident que d’ici peu d’années la Terre ne pourra plus assumer de nourrir tant d’individus !

    Les Civilisations se réincarnent elles aussi !

    Les Grandes Civilisations qui ont vu le jour sur la Terre elles aussi suivent un cycle incarnationnel. Avant l’Epoque de la Lémurie il y a eu deux Civilisations antérieures dont nous n’avons plus aucune trace, celles-ci étaient destinées à expérimenter le plan physique et le plan éthérique qui par la suite serviraient de banque mémoire individuelle et collective pour générer les corps physiques et éthériques des « humains »

    La Lémurie et la Magie

    La Civilisation de « Lémurie » était quant à elle destinée à permettre aux résidents humanoïdes d’expérimenter la Dimension astrale intimement reliée au plan animal et au corps astral. Les Habitants de Lémurie étaient de grands « magiciens », ils œuvraient de façon innée avec les Forces élémentaires et le peuple animal, cependant La conscience humaine n’en était qu’à sa 3° expérience dimensionnelle et ne disposait pas encore de Conscience individuelle propre qui ne peut être acquise qu’à l’aide d’un corps mental.

    Les Lémuriens fonctionnaient donc comme nos animaux d’aujourd’hui tout en disposant d’une intelligence innée : ils agissaient en tant qu’Egrégores et pouvaient ainsi agir sur les Eléments dont ils faisaient intimement partie. Ils agissaient ainsi sur les climats planétaires sans même en être conscient puisque fonctionnant uniquement avec leur 3° œil intérieur ils ne disposaient pas de « vision extérieure imagée » comme nous. Ce 3° œil leur octroyait une sorte d’instinct naturel si bien que lorsqu’ils s’approchaient d’une zone de danger, une force instinctive intérieure les incitait à s’en éloigner, comme c’est encore le cas aujourd’hui pour les animaux qui ainsi fuient un incendie de forêt ou un tsunami avant même que celui-ci soit déclaré dans leur environnement proche.

    On pourrait dire ainsi qu’ils étaient des sortes de « voyants intuitifs instinctifs » et savaient écouter les sons générés par les Forces élémentaires : pour eux le bruit du tonnerre était la voix des Dieux tout comme le bruit de la cascade était celui de la Déesse des eaux. Ils étaient donc Magiciens mais sans conscients de l’Etre. De cette Epoque il reste encore quelques ethnies tribales sur Terre notamment les Aborigènes d’Australie et certaines tribus africaines.

    Les singes : des humains dégénérés !!!

    Puis est venu le moment où les Ames ayant terminé leur visitation ne désirèrent plus s’incarner sous les formes « animales » de cette époque. En effet le corps des Lémuriens ressemblait fort à celui de certains de nos singes actuels. Le Mythe décrit dans le film la Planète des Singes est bien réel. Il fut un temps où l’Ame humaine habitait une forme simiesque intelligente.

    Quand la fin de ce cycle s’annonça, les âmes ne désirant plus s’incarner sous cette forme, une nouvelle forme humanoïde fut élaborée. Pendant un certains temps les dernières âmes résidentes habitaient encore les corps simiesques (il y a toujours des retardataires) pendant que les âmes revenant s’incarnaient au sein du Nouveau continent préparé pour cela : l’Atlantide, immense territoires constituée d’une multitude d’Iles qui allaient tout au long du cycle s’organiser à la perfection.

    Les grands singes qui de nos jours semblent développer une intelligence quasi humaine ne sont pas les « hommes de demain » mais les « hommes d’hier ». Ils ne représentent donc pas une évolution possible pour les singes mais une régression de certaines âmes qui sont restées coincées dans des formes anciennes et caduques. A ce titre la théorie de Darwin demeure à être revue et corrigée.

    Notre conscience n’a pas évolué de l’état simiesque à l’état humain mais de la forme simiesque à la forme humaine. Notre état de conscience à l’époque de la Lémurie était certes plus « relié » à la multi dimensionnalité mais nous n’en étions pas conscients. Pas plus que de nos jours les animaux sont doués d’instinct mais non conscients de cela et aucun animal ne se projette dans le futur, ne sait quand il va mourir ou l’endroit où il doit se rendre : il est téléguidé par l’âme groupe ou Egrégore astral qui agit « depuis l’extérieur » de la forme animale. Un animal ne peut penser car il ne possède pas de corps mental. Si les singes montrent des signes d’intelligence humaine c’est parce qu’avant d’être « singes dégénérés » comme de nos jours ils étaient « singes intelligents » à l’Epoque de la Lémurie !

    Période de transition

    Lorsque la fin d’une grande civilisation s’annonce il y a donc automatiquement une période de transition pendant laquelle certaines âmes continuent à s’incarner dans l’ancienne « forme corporelle » alors que certaines mutent dans la nouvelle forme soit par un processus d’ascension ou de mort de l’ancienne forme pour renaissance dans un corps adapté aux nouveaux paramètres de l’ADN.

    Nous sommes dans une période de « transition » : certains meurent pour renaitre dans la « nouvelle forme humaine » qui s’en vient, d’autres arrivent à réaliser le passage tout en restant vivants (ils passent du corps carbone dissocié au corps unifié sans que cela se voit de l’extérieur, et les nouveaux enfants qui s’incarnent disposent déjà du nouveau corps au sein duquel de nouveaux codons d’informations ADN sont activés. La forme humaine que nous habitons encore pour un temps deviendra avec le temps une « forme dégénérée » qui ne sera plus d’actualité.tout comme nos singes d’aujourd’hui !

    Ce processus de passage et de transition est actif depuis le début des Temps. Tous les règnes passent par cette fréquence mais il existe toujours des retardataires. Je ne peux m’étaler davantage ici sur ce sujet mais je peux citer deux exemples. L’Oursin est une forme d’Etoile de mer dégénérée, les plantes qui donnent fruit sont plus évoluées que celles qui sont stériles, le sable des déserts est une forme dégénérée de la terre fertile ancestrale (comme c’est le cas en Egypte qui avant d’être ensablée était une terre très fertile)

    L’âme de l’Humanité est constituée non seulement des 4 règnes : minéral, végétal, animal, humain et du 5° règne : les Anges mais de chaque règne émerge aussi un « Peuple » particulier.

    Les 5 Peuples

    Le premier peuple est celui des « marchants » dont font partie tous les animaux et humains marchant ou rampant sur la Terre.

    Le second est celui des « nageant » le Peuple aquatique (poissons, dauphins, mammifères marins) dont l’élément principal est l’Eau.

    Le troisième est celui des « volants » le Peuple des Oiseaux et des Dragons dont l’élément principal est l’Air.

    Le quatrième est celui des « flambants » le Peuple du Feu, des Fils Ardents du Soleil qui est le futur de l’Humain.

    Chaque Peuple à ses règles bien précises mais tous ces Peuples sont interdépendants les uns des autres La pollution de n’importe quel élément entraine la pollution des autres. Ni les oiseaux ni les poissons ne sont touchés directement par les tremblements de Terre mais le sont indirectement, de la même façon les explosions atomiques qui se déroulent au fond des océans détruisent la faune sous marine mais les ondes sismiques se répercutent sur la croute terrestre à plus ou moins longue échéance.

    L’Atlantide : le règne des Humains

    L’Atlantide à été le point de départ pour la Conscience humaine du Plan mental. C’est à ce moment là que l’âme humaine tout en ayant conscience de l’Unité Source devint consciente de son Individualité. Tous les Atlantes étaient conscients qu’ils étaient Un comme le sont toutes les gouttes d’eau de l’Océan mais que chacun avait un destin unique et particulier. La Grande race Atlante s’est manifestée par le biais de 7 sous races successives. Dés qu’une étape était atteinte la race s’éteignait et les âmes transitaient dans la nouvelle race à venir.

    Chaque sous race était destinée à ramener à la ré-souvenance les informations relatives à la Grande Civilisation précédente c’est-à-dire la Lémurie. La première sous race devint experte dans la connaissance des minéraux, la seconde dans celle des végétaux, la troisième dans celle des animaux, la 4°expérimenta le règne humain et le plan mental dans toutes ses possibilités. Ainsi les scientifiques , religieux et dirigeants Atlantes étaient tous des grand spécialistes dans les domaines spirituels mais aussi technologiques de pointe tout en demeurant conscients de l’Unité. Chaque Ile était vouée à une expérience particulière et était dirigée par un Prêtre Roi (à cette époque la religion, la science et le pouvoir étaient « Un ») on ne pouvait être scientifique sans être spirituel.

    La 5° sous race étant celle destinée à accomplir la transition : c’est à partir de celle-ci dite « élue » que les âmes pourraient transmigrer dans les corps de la Nouvelle grande race à venir : la race Aryenne. Les deux sous races qui viendraient ensuite marqueraient la dégénérescence de l’Atlantide : c’est par ces races que le plan mental expérimenterait la dégénérescence : les Mongoliens et Akkadiens sont des descendants directs de ces deux sous races Atlantes. En fait les âmes qui se sont incarnées dans les corps de ces deux sous races sont en fait des « âmes retardataires » qui par cette expérience pouvaient ainsi rattraper leur retard. Il ne faut pas confondre les Mongoliens avec cette Maladie appelée « Mongolisme » qui par se manifeste cependant elle aussi par une déficience mentale.

    Christian Duval le 11 avril 2014.

    Source : le blog de Wydyr

     

                                        1 : L'histoire aussi est une illusion

     

      

      

      

    Pin It

    votre commentaire
  •  3 : J'écris le futur

     

    Je reprends ici quelques éléments épars au sein de plusieurs articles.

     

    Le temps n'est pas différencié de l'esprit.

    Tout est UN.

    Même le temps.

    Dans l'Esprit existe le temps.

    Le temps est en nous, pas un concept à l'extérieur de nous.

    C'est un cadeau qui nous est fait.

    Il est un fragment de notre Être.

     

    Ce n'est pas le temps qui mute lors de l'éveil.

    C'est notre rapport au temps.

    Le temps n'est rien d'autre qu'un outil quantique dont nous pouvons disposer en fonction

    de la dimension que nous créons.

     

    Je suis un être guéri et complet.

    Le créateur que je suis peut donc à nouveau créer en dehors de schémas restrictifs.

    Mes désirs deviennent jeux créatifs.

    Mes vœux sont exaucés.

     

    Mais alors ?

    Si l'univers répond à mes désirs....je vois l'avenir ?!

    Je connais l'avenir, puisque c'est celui-là même dont je dessine les contours !

    Il n'est plus question de révéler des secrets cachés dans le futur.

    Mais de créer le futur à partir du présent.

     

    Nous pouvons faire cela.

    Nous sommes des Dieux créateurs de temps.

    Le passé, le présent, le futur ne sont que de simples ingrédients qu'il est nécessaire de

    savoir doser pour agrémenter notre nouvelle expérience.

    Le temps est encore plus subtil que je ne l'avais imaginé.

    Et je n'ai pas fini de le revisiter !

     

    Tout est évolution.

    Ou plutôt, c'est moi qui évolue face à ce qui est immuable.

    Le temps est ce qu'il est.

    Il ne change pas.

    Il s'inscrit comme une réalité différente selon la dimension à partir de laquelle on

    l'observe.

    C'est bien en réintégrant notre état multidimensionnel que nous pouvons utiliser toutes

    les ressources offertes par le temps.

     

    Contrôler sa vie ne mène pas à l'abandon.

    Mais l'abandon mène au contrôle.

    J'utilise le mot "contrôle" pour accentuer le paradoxe.

    Lorsque je désire planifier ce qui vient à partir de la peur, je subis les aléas de la vie.

    Lorsque je m'abandonne enfin, je suis libre de mettre en œuvre ma vie et mes désirs.

    Car il m'est alors possible d'effectuer mes CHOIX à partir d'un espace quantique neutre.

    L'Amour vibratoire est neutre pas Essence.

    C'est un état d'ETRE cosmique qui ne déstabilise plus car il est apaisé et CONSTANT.

     

    Mesnet

     

     

     

     

    Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

    Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

    transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

    Gratitude.

     

     3 : J'écris le futur

    (image la sphère bleue)

     

     

      

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  4 : Je réécris le passé

      

    Juillet 2,

    je réécris le passé

    Nous pouvons évidemment atteindre le passé lorsque nous étreignons notre état multidimensionnel.Tout simplement parce que le passé n'est plus considéré comme un moment à part. Il est intégré à la réalité du MOI multidimensionnel. Cette réalité n'est plus compartimentée par le temps. Elle est indivisible et accessible à chaque instant.

    Pour l'instant, cette vérité est très conceptuelle en ce qui me concerne. Je sais que tout cela est un potentiel accessible, mais pour tout dire, rien ne m'indique que je change le passé d'une manière ou d'une autre. Je suppose que le moment n'est pas venu pour nous d'accéder à toutes ces zones temporelles ? Pourtant, en relisant mes notes, je me demande si changer le passé ne correspond pas tout simplement à ce que j'ai écrit il y a quelques semaines ? Il s'agirait de s'en défaire ? De l'oublier ?

    Je compléterai certainement cet article un jour. Je comprends cette possibilité de revisiter le passé, mais je ne le vis pas encore. Je me contente d'inscrire ici la piste quantique qui m'éclaire sur ce phénomène en diffusant un article du Passeur et revisitant un de mes propres textes dont voici un extrait. Je n'écris JAMAIS rien au hasard, je canalise ma fréquence....je suppose que s'il m'est proposé de concevoir l'oubli du passé comme étant une piste viable, c'est qu'il existe un rapport entre la mémoire et l'histoire ?

    Je me cite : lorsque vous vous vivez en tant que Dieu créateur de l'espace-temps et des scénarios vivants que vous y projetez, vous ne vous préoccupez plus des temps anciens. Ils sont le fruit d'une de vos projections au sein d'une dimension donnée. Dieu ne peut être manipulé, comprenez-vous ? Aucun être malfaisant ne peut créer Dieu et le détourner de son Etre. Sauf si Dieu le souhaite. Je ne me souviens pas de ces lignées prédatrices. Je ne peux pas m'en souvenir. Elles n'existent tout simplement plus. Il n'y a jamais eu eux contre moi. Tant que je crois me souvenir de cela, j'invente de nouveaux mythes. Il n'y a jamais eu que moi/nous/eux. Nous sommes Dieu. Le reste n'est qu'un vieux grimoire poussiéreux. Dieu écrit en ce moment un nouveau projet dimensionnel. Dieu sera un humain conscient du fait que son existence sur terre est un mirage qu'il organise à sa guise. Il bénira ce songe lui permettant de gouter à la Vie à travers la matière. Il inventera d'autres règles, d'autres lois, d'autres outils, d'autres valeurs. Il ne s'échappe pas de l'ancien cycle, il l'oublie. Dieu sait exactement ce qu'il EST et donc ce qu'il fait en ces temps nouveaux. Je suis la Vie, pas mon existence. Définitivement

     

    Mesnet

     

    Rencontrer nos sois passés en dehors du temps

    Publié par le Passeur.

    La science, la philosophie et la mystique nous offrent cet argument : la progression linéaire du temps telle que nous l’expérimentons n’existe pas réellement. Ceci est exprimé avec éclat dans la théorie de la relativité d’Einstein, qui montre clairement que le « maintenant » n’est pas un moment unique. Un moment vécu par une personne comme « maintenant » peut être considéré comme l’avenir pour une autre personne et dans le passé pour quelqu’un d’autre, en fonction de leurs positions respectives dans l’espace et de leur mouvement. Les événements qui se produisent en même temps pour un observateur pourraient se produire à des moments différents pour un autre.

    Mais si le « maintenant » n’est pas un événement singulier ou unique, alors notre conception traditionnelle du temps s’effondre et la division du temps en présent, passé et futur s’écroule. Cela signifie que le passé n’est pas fixe. Tout se passe dans le « maintenant » – y compris nos vies « passées ». 

    Quelles sont les implications pour la thérapie de réincarnation et la tâche d’un thérapeute de la régression ? Pour répondre à cette question, permettez-moi d’abord d’aborder le sens des souvenirs. Si nous nous souvenons de quelque chose, nous atteignons, psychologiquement, un autre moment. Nous connectons notre propre « maintenant » avec un autre « maintenant » qui, pour nous, réside dans le passé. Toutefois, si le passé, le présent et l’avenir font en fait partie d’un « maintenant » étendu, alors le passé n’est pas quelque chose de définitivement terminé.

    Se souvenir n’est pas un processus passif, mais une interaction avec une énergie vivante, c’est-à-dire une interaction avec la partie de nous qui expérimente ce moment particulier du passé comme sa réalité de « maintenant ». En outre, lorsque nous tendons la main à ce soi du passé par la mémoire, l’interaction fonctionne dans les deux sens. Si nous nous connectons avec un temps passé, nous touchons cet autre « maintenant » avec notre énergie, nous l’influençons, et nous recevons aussi de l’énergie et de l’information en retour.

    Si le temps linéaire est une illusion, se rappeler équivaut à communiquer.

    La mémoire est, en fait, un processus de communication. Se souvenir, c’est communiquer avec le passé. Ceci s’applique également aux souvenirs des vies antérieures. Ici aussi, un échange énergétique a lieu entre votre soi présent et votre soi passé. À un certain niveau, chaque thérapeute utilisant la régression le sait. Un bon thérapeute ne demandera jamais à un client d’essayer de se rappeler quelque chose. Il fera toujours la suggestion de se déplacer vers ce souvenir pendant la régression. Par exemple, il peut dire :  « Allez à la véritable origine du problème. » Le thérapeute sait que cette dernière approche fonctionne beaucoup mieux que l’ancienne. Pourquoi ? Parce que cette instruction correspond plus étroitement à ce qui se passe réellement. Il y a quelque chose vers quoi se diriger : un autre « maintenant » dans lequel l’événement traumatique a été expérimenté pour la première fois.

    Que se passe-t-il lorsque vous connectez votre « maintenant », votre présent, avec un autre « maintenant » et que vous commencez à communiquer avec la partie de vous qui vit dans un autre « maintenant » ? Le résultat d’un tel processus de communication est la création d’un nouveau « maintenant partagé ». Dès que vous commencez un dialogue avec quelqu’un d’autre (dans ce cas, votre « ancien » soi), vous partagez le « maintenant », le même présent. Et de nouvelles possibilités se présentent à partir de ce « présent partagé » : en particulier, cela signifie que vous pouvez envoyer la guérison et la compréhension à votre soi passé, influençant ainsi le passé d’une manière réelle. Comme le passé n’est pas révolu en termes absolus, vous pouvez le changer à partir de l’avenir.

    Qu’est-ce que ce concept signifie pour la thérapie de réincarnation ? Dans mon expérience il y a trois conséquences importantes :

    I. Guérir le passé au lieu de le revivre.

    Selon le point de vue traditionnel, la thérapie de régression nous permet de revivre les expériences douloureuses du passé et ainsi d’enlever les points saillants de l’expérience. Prenez, par exemple, quelqu’un qui souffre de vertige. Il consulte un thérapeute et découvre qu’il aurait fait une chute mortelle dans une vie antérieure. Cet événement est revécu un certain nombre de fois et le vertige semble avoir disparu.

    Selon le point de vue traditionnel, la chute mortelle dans une vie antérieure a créé une peur qui n’a pas été suffisamment traitée, d’une manière ou d’une autre; résultat, elle se manifeste dans cette vie sous forme de vertige. La solution semble être de prendre conscience et de revivre la cause de cette peur.

    Cependant, je crois que ce qui se passe en réalité  est la chose suivante : quelque part dans l’espace-temps quelqu’un tombe et ressent de la peur. La peur est si intense qu’un appel au secours est envoyé à travers l’espace-temps et capté par une incarnation d’une structure psychique liée, ou par une incarnation de la même âme, qui éprouve alors l’appel au secours comme un vertige. Lorsque cette personne entre en régression, elle connecte sa propre conscience à celle de la personne en train de chuter, apaisant ainsi le vertige de cette dernière.

    Le point crucial pour lâcher la peur n’est pas, à mon avis, de revivre la peur mais d’ajouter une conscience claire et aimante à la peur. Cette conscience lucide, c’est vous, dans le présent. Comme vous tendez la main vers le passé avec la clarté d’esprit et l’intention de guérir, vous touchez en réalité votre soi passé qui souffre comme le font un guide spirituel ou un « ange gardien » si vous voulez. Parce que vous, en agissant comme un guide ou un ange, compatissez pour la personne anxieuse, l’autre vous dans cet autre « maintenant », cet autre vous peut laisser aller sa phobie et trouver la paix. Dans ce passé, il éprouvera un sentiment de paix et d’abandon. Dans ce cas, la personne en train de faire une chute mortelle peut mourir dans un état d’abandon et le traumatisme résultant de cette mort sera moins intense. En recréant le passé de cette façon, votre présent est affecté : à votre tour, vous êtes également libéré de votre vertige.

     

    Soyez avec votre moi passé comme un guide ou un « ange gardien ».

    Revivre un traumatisme d’une vie passée, une technique souvent utilisée dans la thérapie de régression, n’a de sens que dans une mesure limitée. Dans le pire des cas, cela peut apporter beaucoup d’anxiété et de tensions inutiles. Je pense que c’est beaucoup mieux pour le client d’entrer dans une thérapie de régression comme une aide, un guide et un ami pour ses sois passés en souffrance. Dès lors vous ne vous identifiez pas au problème mais beaucoup plus à la solution : vous n’êtes pas la victime, mais le guérisseur. Vous n’avez pas besoin de revivre les ténèbres, mais d’apporter votre lumière dans l’obscurité.

    En particulier, avant d’entrer dans une vie antérieure, j’invite mes clients à se considérer comme un être de lumière, un ange qui peut voyager dans le temps et l’espace. Quand ils ressentent cette vérité, je leur demande de tendre la main à la personne traumatisée qu’ils rencontrent dans une vie antérieure, et de l’aider en lui envoyant amour, encouragement et compréhension.

    Une fois j’ai eu un client qui avait envisagé de se suicider au cours d’une période très difficile de sa vie où il avait souffert de dépression. À un moment, il a entendu une voix qui l’a encouragé et lui a dit qu’il n’avait pas à s’ôter la vie. C’était une voix de confiance et de réconfort. Je lui ai conseillé d’endosser le rôle de l’ange et de se rendre dans ce moment difficile du passé à partir du présent. À la fin de l’exercice, il s’est rendu compte qu’il avait été cette voix; depuis l’avenir, il s’était lui-même aidé à traverser cette période difficile.

    II. Aborder l’anxiété inexpliquée comme un appel à l’aide.

    Beaucoup de gens souffrent d’une peur inexplicable qui est toujours présente en arrière-plan. Elle peut être mêlée à d’autres sentiments comme la tristesse, le chagrin ou la colère. C’est souvent un sentiment qui est présent depuis l’enfance, sans raison apparente.

    Derrière cette peur il y a toujours un appel à l’aide. Il s’agit d’un appel d’un autre « maintenant », d’une autre vie, ou parfois de son enfance. À mon avis, le but de la thérapie de régression est de découvrir ce qu’est cette peur et d’aider cette autre personne comme vous aideriez un bon ami dans le besoin. Vous allez à cette personne, vous lui parlez avec des mots d’encouragement et vous l’entourez avec votre soutien, votre amour et votre compréhension.

    Au lieu de considérer la peur persistante comme le signe de quelque chose d’étrange et d’irrévocablement mauvais en vous, vous la considérez comme n’appartenant pas à ce « maintenant » mais à un autre « maintenant », un autre « vous » qui demande de l’aide. Vous – le client – êtes le seul à pouvoir résoudre la peur en lui apportant compréhension et sympathie et en voyant la peur comme un appel à l’aide de quelqu’un d’autre. Ce « quelqu’un d’autre », c’est vous dans un autre « maintenant ». Dès que vous trouverez cette personne et que vous l’observerez avec une conscience neutre et compatissante, sa peur vous deviendra compréhensible et il sera plus facile de l’accepter et de la laisser aller progressivement.

    L’inquiétude est soulagée lorsqu’on la considère comme le problème de quelqu’un d’autre, parce que de cette façon vous vous dissociez de l’énergie de la peur. De la perspective objective du « maintenant », dans lequel il n’y a souvent rien à craindre, vous vous rendez compte que vous êtes plus grand que la peur et que vous êtes capable de l’embrasser avec une conscience plus élargie.

    La peur devient donc une porte qui vous conduit dans une autre vie, qui vous connecte avec un autre « maintenant ». En vous permettant de progresser graduellement vers cette peur dans la thérapie de régression, vous découvrirez sa source et vous pourrez commencer à la guérir. Souvent, pour créer le changement nécessaire et se dissocier de la peur, il suffit simplement de poser la question: « À qui appartient la peur que je ressens ? » En l’abordant comme un appel à l’aide d’un autre point de l’espace-temps, vous créez un pont vers la peur. Ce pont fait deux choses bénéfiques : il crée une distance entre vous et la peur, et il apporte la guérison à la peur.

    III. Créer un nouveau passé.

    Une autre possibilité découlant de cette nouvelle perspective sur l’espace-temps est la possibilité de recréer le passé. Si le passé n’est pas fixe et révolu, et si s’en souvenir consiste à échanger de l’énergie avec lui, alors notre vision traditionnelle de la causalité vole en éclats. Traditionnellement, les choses ne peuvent pas être causées par des événements à venir, seulement par des événements du passé. Mais qu’en est-il de l’homme en détresse – dans l’exemple ci-dessus – qui entend une voix de l’avenir lui disant d’avoir la foi et qui décide de vivre à cause de cela ? Ici, l’avenir semble avoir un impact très réel sur le passé.

    Comment l’idée de créer un nouveau passé peut-elle avoir une incidence sur la thérapie de régression ? J’invite souvent le client à réécrire le passé de la façon suivante. Après qu’il a pris conscience du traumatisme survenu dans une autre vie, je lui suggère de se connecter avec la personnalité de la vie passée, avant que le traumatisme survienne. Presque toujours il y a un moment critique dans le temps, au cours duquel la personnalité aurait pu choisir une autre voie, une voie qui aurait conduit à un avenir plus bénéfique dans lequel le traumatisme ne se serait pas produit. Alors que dans la thérapie de régression, vous pouvez encore choisir la voie qui n’a pas été prise, vous pouvez choisir la voie ou « ligne de temps » alternative et l’activer.

    Imaginez une femme sensible, une prophétesse brûlée sur le bûcher comme sorcière dans une vie antérieure. Il y a eu des moments au cours de sa vie où elle a senti la nécessité de mieux se protéger, ou peut-être de fuir, ou de rompre ses liens avec certaines personnes. Dans la thérapie de régression elle tente de se connecter à un tel moment crucial, un moment où elle aurait pu faire des choix qui l’auraient empêchée de finir brûlée vive. Si cela fonctionne, et si la cliente se connecte émotionnellement avec une chronologie alternative qui aurait pu se développer, le traumatisme est partiellement ou complètement effacé du passé du client.

    Pour y parvenir, les étapes suivantes sont nécessaires :

    - La cliente établit une connexion émotionnelle avec la vie passée traumatique. Le point d’entrée est généralement le moment du traumatisme lui-même.

    - Par la suite, elle voyage dans le temps à un moment antérieur au traumatisme lorsque le choix décisif est encore possible.

    - La cliente commence alors à communiquer avec la personne qu’elle était dans la vie précédente. Elle explique à cette personne pourquoi elle peut et devrait faire le choix positif. Elle l’encourage et lui fournit un aperçu de la perspective plus large qu’elle a maintenant. Cela va créer un nouveau « maintenant » partagé avec des possibilités de guérison pour les deux parties.

    - La personnalité de la vie passée se sent inspirée à prendre un chemin d’action différent et nouveau et les événements traumatisants n’ont plus lieu.

    Lorsque vous envoyez la guérison à la vie passée, elle vous renvoie à son tour la guérison. En créant un nouveau passé, le présent est aussi modifié. Selon ce point de vue, le passé n’est pas fixe : le passé, comme l’avenir, est un océan de possibilités. À partir du présent, notre « maintenant » actuel, nous pouvons choisir encore et encore quelle voie suivre et quelle ligne de temps activer, que ce soit dans le passé ou dans l’avenir. Nos vies se déroulent dans un continuum espace-temps qui se déplace et change constamment; nous interagissons constamment avec nos autres vies et elles avec nous. La partie qui interagit est notre conscience, notre conscience consciente. Cette partie est notre essence et elle est indépendante du temps et de l’espace. Elle voyage à travers la toile de l’espace-temps mais elle n’est pas dans le temps. C’est la partie de nous qui est éternelle et immuable.

    Parce que la conscience elle-même est indépendante du temps et de l’espace, elle est une source de Lumière et de guérison pour tout ce qui existe dans le temps. Plus nous devenons conscients, plus nous entrons dans un domaine intemporel à partir duquel nous rayonnons la lumière vers l’ensemble de nos vies.

    En conclusion.

    Je réalise que l’introduction de cette nouvelle et éblouissante perspective sur le temps et la causalité dans le domaine de la thérapie de régression soulève beaucoup de questions qui ne peuvent être résolues dans le cadre de ce bref essai. Je sens toutefois qu’une conception non-linéaire du temps, qui est beaucoup plus souple et ouverte que notre conception traditionnelle, offre de grandes promesses à ce domaine et rend bien plus justice à la nature mystérieuse de notre âme. L’âme est comme un soleil avec de nombreux rayons, chacun représentant une durée de vie exprimant une partie de notre Soi. Tous les rayons émettent leur lumière simultanément et ce faisant ils sont reliés au niveau de leurs racines et interagissent les uns avec les autres à travers le centre du soleil.

    Il y a des années de cela, j’étais assis au bord d’un lac par une chaude journée d’été, regardant la façon dont l’eau reflétait la lumière du soleil. J’ai pensé à la vie en tant qu’être humain sur Terre. Les motifs irréguliers des taches claires sur l’eau, combinées avec la chaleur, avaient un effet hypnotisant sur moi. L’image d’un soleil éternellement brillant, divisé en d’innombrables taches de lumière dansantes, semblait fournir une métaphore de ce qu’est la vie.

    Les taches claires sont les nombreuses vies humaines que nous vivons et qui reflètent, chacune à leur manière imparfaite, une source plus élevée. Ensemble, elles exécutent la danse perpétuelle de la vie; ensemble, elles créent un ensemble parfait. En réalité, il n’y a pas de temps, tout existe dans un seul et grand présent. Quand une tache s’agrandit en raison du mouvement de l’eau, une autre se rétrécit immédiatement.

    Nous avons tous de nombreuses vies sur Terre et elles sont interconnectées de façon dynamique et profondément significative. Toutes ces vies sont orientées vers le même but. Ensemble, elles reflètent une source plus élevée; ensemble, elles forment un tout.

    Je pense qu’il en va de même pour l’humanité dans son ensemble. Sur un plan intérieur profond, à un niveau en dehors du temps, nous sommes tous connectés à la même source de Lumière. Il est de notre mission d’exprimer cette source de Lumière dans le temps du mieux que nous pouvons.

     

    Gerrit Gielen - Traduit de l’Anglais par Carine Cheval.

    Source : http://www.urantia-gaia.info 

    (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

     

     

    4 : Je réécris le passé

    (image planet techno science)

     

    Pin It

    votre commentaire
  • 5 : Le futur m'aide dans l'instant présent

     

    Juillet 2,

    le futur m'aide dans l'instant présent

    Je rassemble ici quelques notions personnelles permettant d'établir une ébauche de ce que je suis à travers le temps. En regroupant ces quelques paragraphes disséminés aux quatre coins du blog, je donne une image plus précise de ma réalité dimensionnelle. L'Esprit qui me guide aujourd'hui, c'est moi, Dieu. Cela implique une connexion à Tout ce que je suis, puisque je me conjugue à tous les temps.

    Mesnet, habitante du futur est en mesure de tendre la main à Mesnet la terrienne, car cette dernière a été capable de défaire la réalité de troisième dimension.

    Je me cite :

    Mon nom, Mesnet, ne vient pas du passé. Il vient de l'avenir en quelque sorte, si tant est que se référer au temps ait encore du sens. Je ne viens pas de Sirius comme je le pensais. Ce sont mes créateurs qui viennent de si loin. Mesnet est donc mon premier nom sur cette terre, celui de ma première humanité consciente.

    Avant moi, c'est bien l'ESPRIT de Sirius qui faisait vivre sa matière. A partir de moi, une nouvelle espèce prend vie. Cet ESPRIT qui m'a tant aidé est réellement moi. Il est le concepteur de mon humanité, de ma personnalité. Mais Mesnet, l’enfant libre du futur a aussi participé à ma libération. Je suis bien le chaînon manquant, moi la Mesnet de ce temps. Je suis le point de rupture entre la "créature de Sirius non consciente" et "l'humain libre".

    Pour l'instant, personne ne détient la vérité en ce monde. Chacun s'inspire des bribes que lui restitue son Esprit. En ce qui me concerne, je ressens l'Atlantide comme faisant partie de mon futur. Mais sachant que le temps est une donnée que je commence à peine à intégrer, le futur et le passé ne sont plus des références sur lesquelles je m'appuie. Cela donne une évidence étrange à prononcer : je me souviens que je concevrai un jour L'Atlantide.

    Je me souviens du futur ! Telle est ma nouvelle réalité.

    Texte intégral : l'Expérimentation

    Mesnet

     

    (image et si on se décidait de rentrer

    5 : Le futur m'aide dans l'instant présent

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique