• Ma création

     

    2013

    Ma création (pensées parasites)

    Ma Kundalini est souvent monstrueusement présente. Elle est comme un appareillage que je sens des pieds jusqu'au bas du dos, puis dans la colonne. Deux barres partent ensuite vers les épaules, se rejoignent en bas de la nuque et dessinent ensuite un trait qui traverse la tête.

    Pourquoi monstrueux ? Parce que le ressenti, s'il n'est pas douloureux, est tout de même irradiant. Je ressens cette mécanique comme un membre physique à part entière, tel un cartilage cristallin.

    Pourquoi appareillage ?  Pour le moment, l'énergie est presque absente du processus. Je mets en place le moteur qui va permettre à l'énergie créatrice de libérer son œuvre.

    Pourquoi créatrice ? La Kundalini est l'outil que j'utilise pour créer. Je me cite : la Kundalini est le feu sacré, la forme matérialisée de l'énergie créatrice, cette dernière étant la source de tous les potentiels, y compris celui du Prana.  

    J'ai donc travaillé sur l'amplification du phénomène...jusqu'au moment où je me suis aperçue que j'allais à l'encontre de mes propres directives : l'outil ne développe rien en moi, c'est moi qui magnifie l'outil.

    Si je ressens plus fortement le feu créateur, c'est que je suis de plus en plus Dieu créateur. La Kundalini ne fait que valider mon expansion, elle ne la génère pas.

    Pourtant, certains réflexes castrateurs perdurent sous la forme de pensées parasites : un doute, un conditionnement qui me fait penser que ce que j'exige est impossible. Ces pensées instantanées et non désirées altèrent ma création au sein de la matière.

    En ce moment, j'observe donc ces pensées reflexes traverser ma vacuité et je les remplace par d'autres potentiels.

    Lorsque plus rien ne me limitera, lorsque plus aucun conditionnement des temps passés n'altèrera ma personnalité Divine, ma Kundalini fonctionnera à pleine puissance.

    Pour l'instant, l'énergie qui emplit ce réceptacle quantique est apte à m'assurer le meilleur. Même si ma création est encore amoindrie par le programme dont je me défais actuellement, je ne me suis jamais autant amusée.

    J'ai quitté le monde spirituel. Tout cela est derrière moi. Je suis Dieu créateur, ici et maintenant. J'apprends à ne plus contraindre ma créativité au sein de la matière.

    Ma cité d'or prend la forme d'un vieux manoir en ruine dans lequel je vais emménager d'ici quelques jours. C'est libre et seule que je vais explorer mon nouveau monde illimité.

    Voici un exemple de pensée parasite : je désire installer deux fenêtres dans mon nouveau logement d'ici moins de quinze jours....L'humaine dont je garde encore la mémoire objecte instantanément que ce n'est pas possible, que le temps est trop limité. Ces projections de me concernent plus, je ne les considère plus comme justifiées et réelles. Je veux ces fenêtres dans les temps impartis par mon Être. Tout est possible et réalisable.

    Je suis Dieu créateur.

    Mesnet

    Je vais de nouveau œuvrer en ce monde. Faire est devenu mon verbe de prédilection. Tout est redevenu normal et simple. Je suis l'origine de Tout. Cette origine est limpide et n'a rien d'extraordinaire. Je ne fais que retrouver mon Essence première.

     

    Ma création

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Je ne suis plus un Être spirituel, je suis celui qui exige

     

    Je ne suis plus un Être spirituel, je suis celui qui exige

    Je suis la vacuité et je dispose de tous les potentiels imaginables. L'une de mes créations se nomme "spiritualité". Ce programme s'appuie sur un taux vibratoire hautement élevé. Mais je ne suis pas une énergie, encore moins un état d'Être. Je suis Dieu et je contiens l'hypothèse spirituelle.

    Le prisme spirituel ouvre l'Esprit et pourtant limite ma création. Il me parle d'abandon et non de choix. Il évoque la paix alors que je suis Tout, même ce qui n'est pas paisible. Il interdit certaines expressions, il imagine que le cœur est la clef, que l'amour est l'étincelle qui ouvre la porte de l'absolu. Il façonne des mots et des concepts. Il impose un certain vocabulaire.

    Je suis au-delà d'un quelconque nirvana. J'exige, je refuse, je désire. Dieu ne s'interdit rien, il peut tout. L'amour que je porte à ma création englobe tout, notamment l'exigence, le refus, le désir. Je ne suis pas spirituel, je suis au-delà d'un tel concept. Si je suis entièrement moi-même, rien ne me contraint. Je suis le potentiel, je ne fais que l'ordonner à ma guise. Ma création s'actualise à partir de moi-même et non plus à partir d'une image de moi-même. La spiritualité n'est qu'un songe parmi d'autres.

    Vous  allez effacer  de votre mémoire toute votre structure spirituelle, elle n'est pas le socle du nouveau monde, certains artifices doivent disparaître :

    Un Être spirituel se souvient du passé, il est heureux et fier de se remémorer certaines existences karmiques. Dieu EST la mémoire mais vit dans l'instant.

    Un Être spirituel utilise l'énergie, il cherche à la déployer, la ressentir. Dieu EST l'énergie ou ne l'est pas. Il est en amont de l'univers quantique. Il est le composant alchimique des lois cosmiques. Il actionne la création  en fonction de ses choix et, pour ce faire,  s'appuie sur la fréquence qu'il génère. 

    Un Être spirituel se focalise sur l'amour vibratoire. Il imagine que cette haute énergie le complète et le mène vers la liberté. Il croit qu'en aimant "mieux" et plus fort, il en terminera avec son chemin d'éveil. Dieu est neutralité. Au sein de la vacuité, l'amour est ou n'est pas. L'amour divin se situe entre ces deux pôles, dans l'équilibre absolu. Dieu utilise toutes les gammes de la fréquence d'amour, mais Dieu est en amont de l'amour.

    Un Être spirituel atteint la maîtrise. Dieu est au-delà de la maîtrise, il est la vie.

    Un Être spirituel canalise, Dieu communique et exige. 

    Un Être spirituel donne du sens à sa vie, Dieu la crée.

    Un Être spirituel ne perçoit l'univers qu'à travers la création, pour Dieu, créer est une option, au même titre que la spiritualité.

    Un Être spirituel s'abandonne à la vie qu'il considère comme un exercice de transcendance, Dieu est le créateur de son existence, il ne s'abandonne donc à rien excepté à lui-même. 

    Un Être spirituel imagine que l'univers amplifie sa fréquence et l'aide à ascensionner. Il pense que des énergies viennent à lui pour l'aider, sous la forme d'étoiles, de portail ou d'astres solaires. Dieu ne sépare rien et ne dépend de rien, il est l'univers, le portail et les astres.

    Un Être spirituel travaille l'équilibre dans sa relation à l'autre. Dieu, créateur de toutes les réalités, unifie les différences puisqu'il est l’autre.

    Un Être spirituel élabore une énergie sexuelle en couple, Dieu la génère seul. L'outil n'est alors plus limité par une croyance et développe son réel potentiel quantique

    Un Être spirituel glorifie des Êtres de lumière, Dieu se glorifie. Son ego est une force vibratoire qui n'est plus dénaturée par le désenchantement.

    Un Être spirituel fait appel à l'inconscient pour s'éveiller. Il sépare cette banque de données de la sienne car il imagine ne pouvoir y accéder qu'avec grande difficulté. Les informations contenues au sein de ce monde secret lui reviennent en mémoire sans qu'il ne sache ni pourquoi ni comment. Dieu n'a qu'une seule et même conscience. L'intelligence qu'elle contient est assimilable par toutes les cellules que le composent et cela, à chaque instant. L'inconscient n'existe plus.

    Un Être spirituel rêve des étoiles et des entités qui les habitent. Dieu sait que tout ce qui l'entoure est divin. Il n'a qu'un désir, échanger avec ceux qu'il côtoie à partir d'une fréquence unifiée. Les humains sont son rêve le plus beau ici et maintenant.

    Un Être spirituel conçoit l'univers comme une seule et même réalité encombrée par une multitude d'illusions. Il essaie avec force et courage de désintégrer l'illusion qui le déstabilise, tel un cauchemar poisseux. Dieu sait que le concept de l'illusion est erroné. Dieu est réel, tout est réel en lui. Chaque strate visualisée est réelle. Son humanité présente est aussi importante que le vide abyssale. Son œuvre n'a rien d'illusoire.

    Un Être spirituel, en s'abandonnant à "ce qui est", délègue son libre arbitre. Dieu est le libre arbitre, un potentiel dont se saisit la vie. Il n'est pas Dieu par choix, il est Dieu.

    Un Être spirituel habite son corps et le considère comme un réceptacle sacré. Dieu est le corps, il est tout.

    Un Être spirituel essaie d'atteindre et de développer l'Esprit. Il projette ainsi une forme d'existence douce et apaisée mais qui reste duelle. Dieu unifie toutes les parcelles de son Être. Il est l'élément fondateur de la vie. Il est dans les mêmes proportions la vacuité, l'Esprit et l'humain. Il ne sépare plus et n'amoindrit aucune des facettes qui le constituent.

    N'imaginez plus rien sur Dieu, ne projetez plus aucune forme magnifiée, vous êtes Dieu. Vous êtes si vaste que vous vous contenez. Vous êtes si petit et si grand dans votre unité retrouvée.  Vous êtes votre plus grand rêve, votre plus belle action, votre plus vaste réussite. Ce miracle vous fait face chaque jour dans le miroir, si simplement, si humblement.

    Ne rêvez plus des étoiles puisque vous êtes les étoiles. Un être spirituel rêve de quelque chose de mieux et de plus vaste. Dieu se rêve sous cette forme en considérant qu'elle est le plus haut degré de sa création. En se focalisant sur ce vécu si simple d'approche, il met toute sa puissance à le concrétiser.  

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     

     Je ne suis plus un Être spirituel

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Je suis tout autant le créateur que la création

     

    Je suis tout autant le créateur que la création.

    Il n'y a aucune différence entre rien au sein du vide. Je suis l'illusion d'Être, l'Être incarné et la vacuité. Aucune de mes personnalités n'est plus vaste ou plus importante qu'une autre.

    Je suis donc le créateur mais aussi la création.

    Les mots sont incapables de propager ma vérité. Ainsi, lorsque j'écris ceci, je sépare l'objet de moi-même : la Kundalini est l'outil que j'utilise pour créer. Elle est  le feu sacré, la forme matérialisée de l'énergie créatrice, cette dernière étant la source de tous les potentiels, y compris celui du Prana. 

    Je suis TOUT. Je suis la Kundalini. Je suis ce feu que j'utilise.

    Je suis chaque cellule et donc chaque forme, chaque rêve, chaque créature, chaque création. Ma Kundalini n'amplifie donc pas sa fréquence parce je suis un Dieu de plus en plus efficient. Elle est moi, comme tout le reste. Tout se met donc au diapason de ma renaissance, de façon simultanée. Mon appareillage quantique est une facette de la création, tout simplement.....une facette de moi-même.

    Il n'y a pas d'outil en réalité. Il n'y a que moi.

    Un Être spirituel utilise l'énergie, Dieu EST énergie

     

    Mesnet

     

    Je suis tout autant le créateur que la création

     

    Pin It

    votre commentaire
  • J'aime

     

    J'aime

    Ce que je suis ne peut être intégré en troisième dimension. Ce phénomène s'amplifie depuis quelques semaines. Mes rencontres récentes m'ont amenée à constater que l'amour que j'offre naturellement n'est pas compris. Il m'est donc renvoyé en pleine face. Il est jugé, brocardé ou rejeté. Il fait violence à celui qui n'a pas entamé son chemin d'éveil.

    J'aime. C'est aujourd'hui un fait Divin. Actuellement, je paramètre mon Être afin qu'il n'agresse personne lorsqu'il met la Vie en lumière. Je fais le choix de m'adapter à l'autre. Je redeviens consciemment une image, celle qui sera la plus adaptée à celui que je rencontre.

    Pour ceux qui me sont le plus proche, je disparais de leur champ visuel. Je quitte Siuru et quelques autres personnes magnifiques parce que ma fréquence les disperse. Ils affirment en cœur qu'ils ne sont pas prêts et qu'ils ne veulent pas de moi ainsi.

    J'aime tellement mes frères aujourd'hui qu'il est doux d'entendre leur demande et de la respecter. J'apprends donc à ne m'ouvrir que lorsque la personne est en demande. Sinon, je m'efface, je ne dis rien, je limite ce flot d'amour qui atteint autrui sans que cela ne prenne sens pour lui.

    Ne plus me donner, ce n'est pas me refuser. Je serai là lorsqu'ils en auront besoin, quand ils le désireront. Je sais atténuer mon Être quand je suis avec eux. Graduer ma fréquence en fonction de l'autre, c'est aussi cela l'aimer.

    Il m'a fallu m'affirmer pour devenir Dieu. Cette étape est également derrière moi. Je peux ne rien être si cela est beau et bon. Je n'ai rien à affirmer, je suis Dieu.

    Dans la vie courante que je crée en ce moment, cette capacité à limiter ma fréquence est une bénédiction que je m'octroie. Elle neutralise la violence et la colère chez l'humain. La neutralité efface toute réaction intempestive.

    J'apprends donc à me taire, à ne rien dire, ne rien donner de moi. Cela symbolise l'amour que je dispense. Les paradoxes sont une arme fascinante !

    Un Être spirituel aime, Dieu est neutre

    Mesnet.

     

     

    J'aime

     

    Pin It

    votre commentaire
  • L'autre, ce Dieu vivant

     

    L'autre, ce Dieu vivant

    Pour advenir, il m'a fallu oublier la notion de l'autre. A partir de la vacuité, je peux de nouveau me focaliser sur lui.

    Je me cite : J'aime. C'est aujourd'hui un fait Divin. Actuellement, je paramètre mon Être afin qu'il n'agresse personne lorsqu'il met la Vie en lumière. Je fais le choix de m'adapter à l'autre. Je redeviens consciemment une image, celle qui sera la plus adaptée à celui que je rencontre

    L'exercice du moment est de mieux traduire la fréquence de la personne que je côtoie. Je cristallise mon amour sur elle, et j'entends ce qu'elle est capable de recevoir. Si Dieu est trop intrusif dans sa vie, je me retire. Je ne donne à celui que j'aime que ce qu'il désire recevoir.

    Ce n'est bien évidemment pas moi que l'autre recherche ou récuse. C'est Dieu. C'est lui-même, ce Dieu vivant qui a perdu la mémoire. Je ne représente rien, je suis juste le symbole d'une quête consciente ou inconsciente. 

    L'autre est redevenu une réalité dont je tiens infiniment compte. C'est merveilleux à vivre.

    Gratitude

    Mesnet

    L'autre, ce Dieu vivant

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique