•  

    Descartes.

     

     

     

    Nous avons l’habitude de classer les individus en deux camps : ceux qui sont cartésiens et ceux qui ne le sont pas.

     

    Nous définissons quelqu’un de cartésien comme étant très méthodique, qui utilise la raison et qui rejette toute idée quelque peu ancrée dans le non-défini. Nous imaginons que le cartésien est plus scientifique, plus logique…..

     

    Mais qui a étudié Descartes, en dehors d’une certaine élite intellectuelle ?!

     

    Qui sait aujourd’hui que Descartes était l’illuminé qui a certes utilisé la raison…mais pour prouver l’existence de Dieu ? !

     

    Il n’y a rien de raisonnable en la présence de Dieu, ni rien de scientifique.

     

     

     

    Descartes parle de « méditations » qui l’ont amené à concevoir le doute : il doute de sa propre existence et met en avant que tout pourrait finalement n’être qu’illusion.

     

    Le monde tel qu’on le connaît est illusion. Son propre corps est donc sa propre existence sont illusions. La société et « les objets » lui donnant sens, sont illusions.

     

     

     

    Dans un premier temps, Descartes va prouver sa propre existence à travers la raison.

     

    Notons ici que j’utilise aujourd’hui le terme « mental » pour définir la raison.

     

    C’est notre mental qui dessine la réalité 3D.

     

    Il va donc, après un premier raisonnement, prouver qu’il existe grâce au fameux « je pense donc je suis ».

     

    Mais ce constat va évoluer et il mettra finalement aussi la raison en doute.

     

    Je ne suis pas la raison (ou le mental) et donc penser ne peut être la preuve que j’existe.

     

     

     

    Il finira, lors de sa dernière « méditation » par introduire la notion de l’existence de Dieu non par la raison mais par « l’être ».

     

    C'est-à-dire qu’on ne peut prouver notre existence que par l’être et pas par la raison.

     

    A partir de là, Descartes va différencier JE (l’être) du « faire » (la raison).

     

     

     

    JE SUIS au-delà de tous raisonnements, de toutes preuves.

     

    JE SUIS celui qui raisonne mais je ne suis pas le raisonnement.

     

    Je deviens l’observateur, y compris de la raison…et donc j’existe…..mais sans preuves et sans raison.

     

    Il n’y a donc que lorsque que je deviens l’observateur que je peux prendre conscience de Dieu…c'est-à-dire de laisser place à ma propre PRESENCE.

     

    L’unité incluant ma PRESENCE dans le TOUT.

     

    Le TOUT étant DIEU.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    « la fin des certitudes »

     

    « A quoi sert le temps ? Le temps est ce qui empêche que tout soit donné d’un seul coup. Il retarde, ou plutôt il est retardement. Il doit donc être élaboration. Ne serait-il pas alors le véhicule de création et de choix ? »

     


    votre commentaire
  •  

    Descartes.

     

     

     

    Nous avons l’habitude de classer les individus en deux camps : ceux qui sont cartésiens et ceux qui ne le sont pas.

     

    Nous définissons quelqu’un de cartésien comme étant très méthodique, qui utilise la raison et qui rejette toute idée quelque peu ancrée dans le non-défini. Nous imaginons que le cartésien est plus scientifique, plus logique…..

     

    Mais qui a étudié Descartes, en dehors d’une certaine élite intellectuelle ?!

     

    Qui sait aujourd’hui que Descartes était l’illuminé qui a certes utilisé la raison…mais pour prouver l’existence de Dieu ? !

     

    Il n’y a rien de raisonnable en la présence de Dieu, ni rien de scientifique.

     

     

     

    Descartes parle de « méditations » qui l’ont amené à concevoir le doute : il doute de sa propre existence et met en avant que tout pourrait finalement n’être qu’illusion.

     

    Le monde tel qu’on le connaît est illusion. Son propre corps est donc sa propre existence sont illusions. La société et « les objets » lui donnant sens, sont illusions.

     

     

     

    Dans un premier temps, Descartes va prouver sa propre existence à travers la raison.

     

    Notons ici que j’utilise aujourd’hui le terme « mental » pour définir la raison.

     

    C’est notre mental qui dessine la réalité 3D.

     

    Il va donc, après un premier raisonnement, prouver qu’il existe grâce au fameux « je pense donc je suis ».

     

    Mais ce constat va évoluer et il mettra finalement aussi la raison en doute.

     

    Je ne suis pas la raison (ou le mental) et donc penser ne peut être la preuve que j’existe.

     

     

     

    Il finira, lors de sa dernière « méditation » par introduire la notion de l’existence de Dieu non par la raison mais par « l’être ».

     

    C'est-à-dire qu’on ne peut prouver notre existence que par l’être et pas par la raison.

     

    A partir de là, Descartes va différencier JE (l’être) du « faire » (la raison).

     

     

     

    JE SUIS au-delà de tous raisonnements, de toutes preuves.

     

    JE SUIS celui qui raisonne mais je ne suis pas le raisonnement.

     

    Je deviens l’observateur, y compris de la raison…et donc j’existe…..mais sans preuves et sans raison.

     

    Il n’y a donc que lorsque que je deviens l’observateur que je peux prendre conscience de Dieu…c'est-à-dire de laisser place à ma propre PRESENCE.

     

    L’unité incluant ma PRESENCE dans le TOUT.

     

    Le TOUT étant DIEU.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    « Tout est possible, on ne devrait rien dédaigner. Rien n’est incroyable, rien n’est impossible. Les possibilités que nous rejetons ne sont que les possibilités que nous ignorons. »

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique