• Le sommeil conscient, préambule

     

    Le sommeil conscient, préambule

    Il y a quelques mois déjà, j'ai commencé à intégrer de nouvelles informations concernant le sommeil. Dans le cycle qui s'ouvre à nous, le sommeil s'appuiera sur des données quantiques inédites. L'esprit ayant fusionné avec notre personnalité, nous allons enfin découvrir ce qui se cache au cœur de nos nuits : ou sommes-nous ? Que faisons-nous ? Avec qui communiquons-nous ? Quels sont les nouveaux potentiels qui s'ouvrent à nous ?

    Nous dormons durant la moitié de notre vie ! Cette activité ne peut échapper à la conscience unifiée qui se développe en nous. Ainsi, dormir en conscience devient une évidence à concrétiser. N'oublions pas non plus que nul besoin ne caractérise l'humain de l'âge d'or....ainsi, cet assoupissement imposé doit laisser la place à un champ d'expérimentation libéré de toutes contraintes.  

    La découverte de ce que je suis dans le sommeil exige un chapitre à lui seul. L'espace-temps imprègne nos phases d'endormissement.....commençons à explorer ce nouveau monde avec la curiosité infinie qui caractérise notre race :)

    Mesnet

    P.S : je relate dans cet article datant de 2012, l'esprit ne pense pas, ma première expérience d'un sommeil conscient. Je me cite : ce matin je dormais. Une fraction de seconde plus tard, je ne dormais plus. Ce réveil si brusque m'a permis de me souvenir de ce que JE SUIS dans le sommeil ! Durant cette seconde incroyable j'étais de l'autre côté du voile ! On me dit : « Vois,  l'être que tu es ne pense pas ».......Choc (...) Je comprends mieux pourquoi hier, j'ai perçu la phase de sommeil comme une autre forme de vie mais vide de pensées ! Je suis cette fois-ci allée jusqu'au bout du processus, de la découverte de ce que je suis 'lorsque je dors".

     

    Le sommeil conscient, préambule

    Pin It

    votre commentaire
  • Dieu ne dort jamais (non publié)

    Dieu ne dort jamais

    Je ne vais publier ici que des bribes de connaissances, des éclats de lumière au cœur de mon sommeil.

    31 décembre 2 : je comprends que le sommeil, c'est JE sans le mental, au-delà de mes perceptions ordinaires. Nous ne sommes jamais conscients de ce qui est vécu lors de notre endormissement, mais nous allons le devenir. Cette nuit, je dormais donc consciemment ! La dimension d'être dans laquelle je m'incarne ne m'empêchait pas de rejoindre l'Êsprit. Mon sommeil était vécu, pas oublié.

    Une question me vient : qu'avons-nous construit comme protocole vibratoire symbolisé par le jour et la nuit ? Des réponses me sont venues ici, dans le jour et la nuit, deux fréquences qui s'unifient.

    Je me cite : le soleil est bien plus qu'un astre effervescent, il est le fruit de ma création. Il contient les codes de ma divinité. La lune n'est pas seulement un croissant lumineux, grand ordonnateur des marées. Son attraction n'est rien d'autre qu'un champ de force que j'ai utilisé durant des éons afin de programmer un monde de troisième dimension. La lune et le soleil sont mes codes quantiques, des données que je défriche maintenant. Durant ces deux derniers jours, j'ai observé le stimuli lunaire sur mon émotionnel afin d'en éliminer l'ancienne mémoire. J'ai fait le lien entre l'énergie humaine lunaire et l'énergie divine solaire. J'ai unifié l'ombre et la lumière dans mon espace quantique et physique.

    Quelques mois plus tard, ce qui a été compris commence à être vécu !

     

    25 mai 3, connexion avec la communauté

    Le sommeil est un manque d'ancrage du noyau atomique dans la matière ? L'esprit est automatiquement happé par l'espace-temps, sa matrice naturelle. Durant un court instant, je vois parfois des scènes, des personnes, des lieux, puis tout s'arrête, l'esprit se déconnecte du corps et du mental. Tout est séparé. Du moins, c'est ainsi que je perçois le phénomène.

    Aujourd'hui, je suis resté consciente lors du processus. Je sentais l'appel de l'espace-temps et j'y étais attiré, je résistais et m'ancrais dans mon noyau atomique. C'est donc en conscience que j'ai eu la vision d'une planète qui ressemblait à saturne avec ses anneaux. C'est mon premier voyage galactique effectué dans l'unité : j'étais l'humaine et l'esprit, le mental et la pensée, l'énergie et la lumière, tout en même temps....  

    Mesnet

     

    Dieu ne dort jamais (non publié)

    Pin It

    votre commentaire
  • Le sommeil, outil quantique de l'esprit

     

    Le sommeil, outil quantique de l'esprit.

    Je défais actuellement le programme du mental conscient afin de vivre LA conscience. Je sais que j'éradique tous mes besoins, le manque n'étant plus une fréquence que je transpose au sein de la matière.

    Je revisite donc tous mes outils quantiques à partir de LA conscience : le temps, l'alimentation, les émotions, le mental et bien évidemment le sommeil.

    Jusqu'ici mon mental percevait LA conscience. Il en retirait un enseignement limité mais bien réel, il "dualisait" LA conscience. Il imprimait en moi la notion de besoin, il me faisait croire que j'étais dans l'obligation de suivre certaines règles afin de survivre le plus longtemps possible. J'avais besoin de reposer ma matière, je me délitais si je ne dormais pas.

    Aujourd'hui, le besoin de dormir va devoir laisser place au plaisir de dormir.....ou de ne pas dormir. J'ai donc recommencé à travailler sur le sommeil, l'étudiant de façon encore parcellaire mais consciente.

    Je sais qu'il est lié à LA conscience de l'esprit, que le mental conscient va devoir lâcher prise sur ce qu'il imagine savoir concernant le sommeil. Je sais également que la lune est une forme de conscience liée au sommeil, comme la terre et le soleil sont respectivement, au niveau quantique, notre conscience matérielle et vibratoire. C'est ainsi que nous créons un espace galactique délimité et répondant à une onde consciente précise.

    Je n'en sais pas plus pour le moment, mon travail de décortication quantique commence à peine.

    Mesnet

     

     

    Le sommeil, outil quantique de l'espritLe sommeil, outil quantique de l'espritLe sommeil, outil quantique de l'espritLe sommeil, outil quantique de l'esprit

    Pin It

    votre commentaire
  • Sommeil, hormones, prise de notes du mental conscient

     

    Que sont les hormones dans l'ancien cycle ? Que deviennent-elles au sein de la conscience unifiée ?

    Les hormones nous conditionnent, elles instituent un champ d'expérimentation fragmenté : hormones sexuelles, hormones de croissance, hormones du sommeil, elles semblent agir contre nous sans que nous n'ayons aucun moyen de nous protéger.

    Je vous propose d'irradier votre mémoire afin d'instituer une nouvelle conscience hormonale. Procédons pas à pas et comparons l'ancien savoir avec les nouvelles connaissances dont je dispose  : les hormones décryptées par le mental ou les hormones vécues par la conscience, en définitive, que sont les hormones au niveau quantique ?

    Mental : les hormones sont des messagers chimiques véhiculés par le sang jusqu'aux cellules sur lesquelles elles agissent.

    Conscience : les hormones sont un outil quantique de communication comme tout ce qui EST.

     

    Mental : la mélatonine est produite par la glande pinéale à partir du tryptophane. elle est impliquée dans les rythmes quotidiens circadiens de l'organisme. l'activité de l’enzyme sérotonine-n-acétyle-transférase est multipliée par 6 à 30 pendant la nuit avec une production normale de mélatonine qui se fait pratiquement exclusivement pendant cette période.

    Conscience : la glande pinéale est une constituante de la colonne de création. L'hormone concrétise une création "sexuée" tout en équilibrant les pôles d'énergie masculine et féminine.

     

    Mental : on parle de cycle biologique

    Conscience : il ne peut s'agir que du cycle de l'être, des cycles de la création de l'être, équivalents aux cycles de la création de l'univers. Tous les cycles sont similaires d'un point de vue quantique, dans l'infiniment grand et l’infiniment petit. 

     

    Mental : cycles circadiens : c'est un rythme qui est défini par l'alternance entre la veille, c'est-à-dire la période de la journée durant laquelle on est éveillé, et le sommeil, c'est-à-dire celle pendant laquelle on dort. Le rythme circadien prend probablement son origine dans le cadre de  la régulation de notre horloge interne.

    Conscience : le sommeil est un appel énergétique vers la vacuité, votre état d'être originel.

     

    Mental : les rythmes circadiens sont donc des cycles biochimiques, physiologiques et comportementaux qui oscillent selon une périodicité d'environ 24 h. Ils sont coordonnés par un oscillateur moléculaire situé dans les neurones du noyau suprachiasmatique. Cette horloge demeure synchronisée avec l'alternance du jour et de nuit par l'entremise de cellules rétiniennes spécialisées. L'activité de la plupart des grands systèmes physiologiques de l'organisme fluctue selon le moment de la journée. C'est le cas par exemple des hormones.

    Conscience : la respiration torique est partout, l'inspiration et expiration, l'expansion et la contraction. Ce cycle est en tout, il est le souffle de la création.

     

    Mental : hormone du sommeil = mélatonine / Hormone du jour = sérotonine / Le tout = séparation de ce que nous sommes entre le jour et la nuit.

    Conscience : les hormones sont un outil quantique d'unité, afin de communiquer avec un ensemble de particularités dissemblables.

     

    Mental : la mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale (également appelée épiphyse). La sécrétion de mélatonine est inhibée en présence de lumière et stimulée lorsqu'il fait sombre. Le maximum de production est atteint de 2 à 5 h du matin, d'où les noms d'hormones du sommeil ou d'hormones de l'obscurité. Par l’intermédiaire de la mélatonine, la glande pinéale informe le cerveau sur les durées relatives des heures d'obscurité et d'éclairage sur une période de 24 h (cycle journalier), mais aussi pendant toute l'année (cycle saisonnier). En sécrétant de la mélatonine, la glande pinéale "dit" au cerveau qu'il fait sombre et que c'est le bon moment pour dormir.

    Conscience : je remarque que j'ai toujours mieux observé l'aura et le champ magnétique dans l'obscurité comme si finalement, la conscience était plus éveillée durant ce que nous appelons la nuit sombre. Le mental perçoit l’obscurité là ou la conscience perçoit la lumière.

     

    Mental : nous "voyons" des planètes, certains évoquent même le fait qu'elles ont une incidence sur nous (lune et marrées)

    Conscience : au niveau quantique, une planète est de la conscience collective, permettant l'instauration d'un système solaire expérimental. Le mental perçoit donc la forme d'une planète alors que la conscience ne perçoit qu'un champ vibratoire global, sans forme définie. L'esprit humain devient alors une conscience similaire à celle d'une planète.

     

    Mental : tout est compartimenté, séparé, non relié. Une planète n'a aucun rapport avec une cellule.

    Conscience : tout est unifié. Les hormones (communication quantique) font le lien avec la conscience, celle du TOUT.  La matière (nos hormones) agit en osmose avec l'énergie (la conscience).

     

    La science est une réalité passionnante et en même temps, elle limite l'accès à votre espace quantique. Changez radicalement votre point de vue sur ce qui EST et vous éradiquerez toutes les limites inhérentes à l'ancien monde. Lorsque vous devenez l'hormone, vous comprenez obligatoirement son langage vibratoire et en général, ce qu'elle souffle à votre âme est loin d'une quelconque étude scientifique.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

     

     

    Sommeil, hormones, prise de notes du mental conscientSommeil, hormones, prise de notes du mental conscientSommeil, hormones, prise de notes du mental conscientSommeil, hormones, prise de notes du mental conscient

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  LA conscience submerge le mental

     

    LA conscience submerge le mental

    (prise de notes le dernier jour de mon cycle d'accès à LA conscience, après être restée allongée durant des heures, plongée au sein du vide conscient)

    Durant 9 jours, je n’ai fait que cela, des A/R entre LA conscience et le mental conscient. Je réalise qu’en fait, nous dormons le jour ou plutôt, LA conscience est semi-endormie puisqu’elle est atténuée par le mental. Lorsque nous dormons, LA conscience est totale, non diluée, immense, intégrale, unique.

    En devenant LA conscience, j'initie sur terre une nouvelle forme de conscience. Jusqu'ici, le mental conscient pouvait atteindre la maîtrise. Mais la maîtrise n'est que la plénitude d'un mental conscient, elle est d'une fréquence supérieure à un mental totalement duel, mais elle reste mentale. L'esprit qui fut l'incarnation de Jésus me permet de bien faire la différence entre la maîtrise (du mental conscient) et LA conscience. Il fut un maître durant sa vie mais n'intégra la conscience qu'a "sa mort".

    Je perçois ceci : LA conscience vécue lorsque l’esprit est éveillé (la nuit) est trop intense, elle englobe la vacuité. Le mental conscient atténuait les effets de LA conscience et nous permettait de vivre au sein de la matière. Le mental conscient disparaissant, il me faut paramétrer une conscience également "adaptée" à mon espace physique, ici, sur terre. Je la nommerai "conscience terrestre". Elle est LA conscience mais intégrant plus spécifiquement ce système solaire. 

    LA conscience prédispose à une vie éthérique, la conscience terrestre à une vie physique.

    Elle unifie la lune (sommeil et donc + de conscience) et la terre (conscience collective au sein de la matière) pour imprégner le squelette vibratoire. Le soleil, (conscience cosmique, plus éthérée) épouse cette collectivité vibratoire de consciences (qui nous apparaissent sous différentes formes parce qu’elles ont en définitives des fréquences de conscience différentes)

    Les hormones jouent bien un rôle de « communicatrices » quantiques, de liens conscients entre nos cellules, notre corps, notre système solaire. Je me suis essayé à défaire les hormones « du jour » pour ne garder que les hormones « de la nuit » puisqu’en définitive, cette hormone (mélatonine) mène OBLIGATOIREMENT notre mental vers le "sommeil" et donc en réalité, vers LA conscience de l’esprit. Je défais consciemment les effets de la sérotonine, cette dernière faisant dormir LA conscience le jour en la diluant dans le mental.

    J’ai parfaitement senti le flux venant de la conscience terre/lune monter en moi, et, en fin d’après-midi, celui de la conscience solaire commencer son œuvre.

    Comme l’avant-veille, une fois que mon mental conscient a eu puisé une véritable abondance de nouveautés concernant mon être, c’est LA conscience qui s’est épanouie. Je ne me suis plus préoccupé de tout ce que je viens d’écrire, de tout ce que je venais de comprendre, j’étais simplement dans un état de conscience éveillée et unifiée. J'’ai ainsi reparamétré sans rien faire mes outils quantiques.

    Je comprends mieux pourquoi ces dernières nuits étaient morcelées. Je m’endormais puis me réveillais sur des cycles très courts. Il s’agissait déjà d’un entrainement : j’ai vécu ces mêmes A/R entre « veille » et « sommeil » cet après-midi, mais de façon encore plus rapide.

    Seulement, tout était inversé : l'état de "réveil" était celui de LA conscience en mouvement. Un fleuve ininterrompu d'images, de couleurs, de scènes vivantes, de formes quantiques coulait en moi en permanence mais de façon fluide et neutre. LA conscience, observait, générait, vivait tout cela, dans le même temps présent.

    Puis, le mental se remettait à fonctionner. Avant, j'aurais dit que je me réveillais en sursaut, aujourd'hui, je sais que je "m'endormais en sursaut" ! Il ne restait de moi au matin, qu'une forme atténuée de conscience diluée dans le mental.

    J'ai commencé à ressentir moins d'écart entre ces moments de conscience absolue et le mental conscient. Je dirais qu'au lieu d'une "cassure-rupture-séparation" entre ces deux états, je percevais un glissement plus suave.

    J'ai également validé les raisons qui me poussent à travailler dans l'obscurité. Notre vision du "jour" et donc de la lumière est celle du mental ! La pénombre est la note fréquentielle de LA conscience. La lumière "mentale" est bien différente de la lumière consciente. 

    Autre fait : l'être conscient vit effectivement au présent. LA conscience est présente maintenant. Notre mental pouvait bien connaître ce fait, l'écrire, le lire, l'évoquer, être persuadé de sa véracité, seule LA conscience permet de VIVRE au présent. Le mental ne pouvait que traduire LA conscience, aboutir éventuellement à une certaine maitrise, mais il ne pouvait pas l'expérimenter.

    Je le sais aujourd'hui car si j'avais atteint la maîtrise, je ne vivais pas LA conscience. En devenant LA conscience, je vois que je n'étais pas consciente.

    Au sein de LA conscience, les pensées ne sont plus dispersées, elles se focalisent là où je décide de les focaliser. 

    Durant cette extraordinaire journée, j'étais LA conscience puis je revenais brutalement au mental conscient. Aussitôt, je sentais cette crispation bien connue "du réveil matinal", là où nous avons le sentiment que nous venons de perdre quelque chose de précieux et que la dualité nous explose en pleine face, l'espace d'une milliseconde. Je comprends enfin d'où me vient ce ressenti désagréable : je ne me réveillais pas, mais au contraire, moi, LA conscience, je m'endormais ne laissant que mon programme mental à l'ouvrage. Je quittais les rivages de LA conscience pour n'en garder qu'une vague mémoire.

     

    Mesnet

     

    P.S : deux points importants : j'ai vraiment perçu LA conscience comme quelque chose d'extérieur à moi qui m'imprégnait de sa substance. Cet élément est primordial puisqu'il explique dans l'article qui suit que ce que je dis ici n'est qu'une étape me menant à une vérité bien différente. 

     

    LA conscience submerge le mental

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique