• La dégénérescence à travers le prisme spirituel

    4 : La dégénérescence à travers le prisme spirituel

    La dégénérescence à travers le prisme spirituel

    J'ai regardé une émission dans laquelle un couple témoignait sur la maladie d'Alzheimer. L'épouse disait de lui « il chantonne tout le temps ». Et lui affirmait être calme, en paix, et « léger ». Ils pleuraient tous les deux sur la maladie de l'époux. Le journaliste était empli de compassion face à leur drame.....Quel monde étrange que celui qui considère comme malade l'être qui exprime la paix !

    J'ai ma petite analyse à ce sujet. Je ne parlerais pas de perte de mémoire en ce qui me concerne, car c'est plus subtil. Je dirais que des pans entiers de ma vie disparaissent comme s'ils n'avaient pas existé.

    Ma famille relate des souvenirs dont je ne garde aucune trace. Seulement chez moi, ce processus est conscient et apaisé car la mémoire humaine que je perds est remplacée par une autre : mémoire de mes différents corps vibratoires, mémoire karmique...Je n'oublie que des éléments superflus concernant ma vie sur cette terre, mais jamais le fil conducteur. Plus je perds la mémoire, plus je retrouve LA MEMOIRE.

    Et si ces « malades » vivaient en réalité le même processus d'évolution ? Une mémoire de moindre importance disparaît pour laisser place à l'intégration du TOUT ? Se percevant comme étant malade, ils ne gèrent pas le processus ? Ainsi trop de mémoire leur échappe concernant leur vie « normale » ?

    A travers le prisme de notre humanité, tout devient problème. Les personnes âgées dorment mal. La ménopause est une étape difficile. Les problèmes de prostate chez les hommes leur gâchent la vie. Lorsqu’on vieillit, les yeux fatiguent. Je pourrais continuer ce catalogue de dysfonctionnements à l'infini.

    Reprenons les mêmes éléments mais en les décryptant à travers le prisme spirituel. Et si le fait de vieillir offrait la sagesse nécessaire à un autre apprentissage du sommeil et donc du temps ? Et si la ménopause était un phénomène vibratoire automatique pour les corps féminins dès lors qu'ils ont passé l'expérience de l'enfantement ? Et si la diminution de la sexualité chez un homme était l'occasion de transcender le besoin et la pulsion ? Et si nos yeux commençaient à voir une autre réalité quantique à partir d'un certain âge, nous offrant enfin la capacité d'élargir nos sens ?

    Et si nous avions déjà les outils de l'évolution en nous ?  Nous les avons considérés comme les symptômes de la dégénérescence, du handicaps, de la sénilité. Et c'est ce que nous avons vécu. Nous créons notre réalité.

    Il nous faut travailler la "déficience" comme étant une étape de transformation. Vivre la « maladie » à travers le prisme de la foi transforme la maladie en opportunité. Et alors, tout est possible. Qu'avons-nous encore étouffé au sein de notre corps physique ? Quelle mutation génétique avons nous rendu impossible ?

    Je ne citerais qu'un exemple. L'ESPRIT ma offert la vision d'une de ses créations, un être d'une beauté inouïe parée de cheveux blancs lumineux. Et si les cheveux blancs étaient l'apanage des sages ?

    Considérons les données que nous avons en notre possession. Portons-y un regard humain. Puis visualisons-le à partir du divin en nous. La réalité sera différente.

     

    La vieillesse incarne l'ouverture au royaume de l'Esprit.                

    Eckart Tolle

     

    Ajouts à ma liste :

    Les daltoniens ne verraient-ils pas les vraies couleurs ?

    La schizophrénie n'est-elle pas tout simplement une réalité "technique" ? C'est à dire qu'elle est l'expression d'un duel violent entre l'Esprit et l'humain ? L'individu passe d'une dimension à une autre sans jamais trouver l'apaisement car il n'en comprend pas le sens ?

    La peau qui desquame ne serait-ce pas réellement un nettoyage de mémoire cellulaire ? Au lieu de limiter cet effet peeling naturel avec des huiles et des crèmes, ne devrions-nous pas faire confiance à notre corps ?Ne s'agirait-il pas de l'aider en conscience et ainsi amplifier ce phénomène plutôt que de le refuser ?

    Les jambes qui gonflent lorsque le soleil d'été est très chaud, ne serait-ce pas l'énergie dont nous avons besoin durant une saison précise ? Le corps transmute et donne le sentiment d'avoir les jambes lourdes, mais si nous canalisons cet afflux d'énergie, au lieu de le considérer comme un problème, n'amplifierions-nous pas le bénéfice de ces fréquences particulières ?

    Les corps mobiles sur notre rétine serait une carte ADN ? Voir l'article : nos yeux contiennent une carte ADN

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2014

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter