• Ce que j'avais imaginé de l'UN

    Ce que j'avais imaginé de l'UN

    Ce que j'avais imaginé de l'UN

    Je pensais qu'il me fallait spiritualiser ma matière. Je n'avais pas compris que le corps est déjà hautement spirituel. L'UN s'incarnant dans la matière spiritualise naturellement la matière, qu'elle en ait conscience ou pas. Et que sommes-nous d'autre que l'UN qui s'incarne ?      Lire : Le corps physique

    Je pensais que j'étais l'UN incarné séparé de l'UN unifié. J'imaginais qu'une fusion adviendrait. Je découvre que je suis l'UN qui s'incarne, exclusivement, et que je ne peux fusionner avec moi-même. Il n'y a pas fusion, l'illusion de séparation disparaît, il n'y a rien d'autre. 

    Je pensais qu'intégrer l'UN serait une étape de transcendance. Je découvre après dissipation de l'illusion que l'UN est normal. C'est moi, tout simplement, l'UN incarné en Mesnet et en toute chose. Je suis l'UN et dans ce que je vis, et dans ce que je ressens vibratoirement. Un ronronnement quantique doux et apaisé s'est incarné dans mon ventre, dans mon corps. Je perçois la densité de ce que je suis comme un poids plume, une onde infiniment légère et douce.

    Je pensais que je devais guérir mon corps pour qu'il projette la beauté de l'UN. Je réalise en étant ce que JE SUIS, que la lumière transparaît sans qu'il n'y ait rien à faire. Je n'ai plus à poser ma pensée sur une partie de mon corps pour la régénérer. Je suis la guérison instinctive, instantanée, inhérente à moi-même. 

    Finalement, tout ce que j'avais imaginé de ma rencontre avec l'UN était déformé, alambiqué, compliqué. On ne rencontre pas l'UN. On ne devient pas l'UN. Nous sommes l'UN une fois que toutes les images de l'UN ont été étudiées, analysées, et remisées au sein de l'illusion. Nous ne nous attendons plus à rien. Nous vivons ce que nous sommes dans une infinie simplicité d'être. Cela s'accompagne d'une vibration quantique douce et absolument pas tonitruante et transcendante. C'est cela la surprise de l'UN : nous ne sommes décidément rien de ce que nous avions imaginé et projeté.

    La douceur et la légèreté de l'UN sont une force d'une puissance inégalée. Cela n'a rien de tiède et de fragile, cela va bien au-delà de l'imaginaire humain. C'est simplement Divin ? Je crois que c'est ainsi que je me définis le mieux.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2014

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter