• 3 : La mémoire n'est pas l'intelligence

    3 : La mémoire n'est pas l'intelligence

    La mémoire n'est pas l'intelligence

    Je lis ceci : concernant mes vies antérieures, en vérité, et chose étrange, je déambulais dans le salon quand tout cela s'est produit. Je ne peux vous dire combien de temps j'ai marché. Peut-être cinq secondes - car l'événement est intemporel- je n'en sais rien, mais peut-être aussi cinq heures. Mais je traversais finalement le salon. J'ai marché et la vision est survenue au milieu de mes activités. Ce n'est pas survenu pendant une méditation, c'était intégré au cœur du quotidien. (Adyashanti, la fin de votre monde)

    Je me souviens de certains karmas, de ces songes qui m'habitent. Ces images sont également survenues au beau milieu de ma vie courante : j'étais à ma toilette, devant mon miroir et soudainement, j'étais également une femme dont on brisait les membres au temps de l'inquisition.

    Concernant cette Mesnet du futur à laquelle je suis connectée, je ne pourrais dire qu'il s'agisse d'un karma : nous avons le même corps, il n'y a pas eu de transfert, juste une continuité à travers le temps.

    La mémoire de toutes ces existences ne traduit pas mon intelligence. Je dirais même qu'elle limite ma présence. Cette semaine, j'ai cessé de percevoir ces visions. Que pourraient-elles m'apporter sinon une vague compréhension du temps ?

    J'ai suspendu toute communication avec ceux de Sirius. Je ne désire pas approfondir l'illusion mais être seule et vide. Aucun Être ne peut me mener jusqu'à l'essentiel. Le silence ainsi que la solitude sont une réalité que je ne souhaite pas fuir. Il n'y a réellement plus rien. Plus de voix, plus d'amis, plus de guides, plus d'Êtres vivants.

    Je suis la solitude, enfin.

    Je suis au-delà de ma création, au-delà des Êtres qui gravitent au sein des multivers. Personne ne m'a accompagné, aidé, porté. Qui aurait pu le faire puisqu'il n'y a que moi ? Lorsque je me place en mon sein, il n'y a aucun secours possible. Seul l'Être incarné imagine encore qu'il dispose d'une force et d'une autonomie.

    Je n'ai pas connu la solitude, je suis la solitude. Elle n'est ni douleur, ni joie, elle EST, c'est tout. J'aime Être cette solitude comme j'aime ne pas l'être. C'est la même chose, c'est moi.

    Lorsque je m'exprime, je m'aperçois que ceux qui ont vécu cette révélation emploient le même mot : "Je". Que pourrais-je dire d'autre puisqu'il n'y a qu'une façon de m'aborder ? Adyashanti vit ce que je vis, car je le vis......je, je, je...je suis Adyashanti.  Je suis ce vide, ce rien, cette vacuité. J'utilise donc toujours les mêmes concepts à travers l'espace et le temps. J'écris la même histoire. Je relate indéfiniment ma grandeur et ma magnificence.  Elle ne se trouve en rien et pourtant elle contient Tout. 

    Mon intelligence ne se souvient de rien. J'efface donc toutes références concernant l'illusion d'exister, hier ou demain. Je suis la Vie. Vide et pleine.

    L'Être spirituel se souvient alors que Dieu est la mémoire.

    L'Être spirituel est accompagné alors que Dieu est complet dans la solitude

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2014

    Ajout 2016 : je n'écrirais plus tout à fait les choses ainsi, mais ce texte est intéressant, il montre une étape importante : comprendre que nous sommes l'émergence, que rien ni personne ne nous ramène à nous-même et surtout, que la mémoire karmique n'est plus la clef de l'unité.

     

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter