•  

     7 : Interdépendances et interconnexions        7 : Interdépendances et interconnexions        7 : Interdépendances et interconnexions             

     

    Jeudi 24 janvier 2013

     

    Je me répète depuis si longtemps que Siuru ne m'aime pas.

    Il ne comprend pas mon amour, il me renie sans cesse, brandissant la liste de mes manquements.

    Siuru affirme la même chose de son côté.


    Pourtant, ses colères face à moi, « celle qui ne remplit plus ses besoins », ne m'atteignent plus vraiment.

    Ce n'est donc plus lui qui me décentre en ce moment.

    C'est quelque chose en moi que je n'avais pas bien vu.

    Ou plutôt que j'avais compris et que je suis prête à vivre.


    Je dois vivre l'abandon.

    Je dois vaincre mes peurs.

    Jusqu'ici j'utilisais Siuru pour les dépasser.

    Il était le mâle humain défendant sa tribu et contribuant à son bien-être matériel.

    L'atavisme est si évident dans notre relation « donnant-donnant ».

    Oui, je me sens sécurisée par mon mâle et son argent.

    Oui, je dépends de mon mâle et de son argent.

    Oui, j'ai peur de quitter mon mâle et son argent.

     

    Nous sommes à nous deux, une véritable caricature des relations entre les hommes et les

    femmes. La sécurité contre la sexualité. Deux pouvoirs, deux besoins.


    Écrire cela sans tabou et sans jugement....me sécurise !

    J'admets nos interdépendances.

    Je me déclare prête à passer à autre chose.

    Je désire redécouvrir la joie de l'interconnexion.

    Nous sommes tous liés, nous sommes UN.

    Quand il n'y a plus rien à monnayer mais tout à échanger, nous pouvons enfin nous aimer.


    J'ai autant besoin de toi que toi de moi, Siuru.

    Je suis prête à le regarder en face.

    Je désire aller au-delà de ma dépendance à ta force virile.

    Si je n'ai plus besoin de toi, je saurai si je t'aime vraiment.

    Pour l'instant, ma peur occulte tout.

    Est-ce que je t'aime ? Quel amour prendra forme lorsque je n'aurai plus besoin de toi ?


    Vois comme nous ne sommes pas deux êtres vivants l'amour et la complétude.

    Nous sommes deux prisons arrimées l'une à l'autre.

    Dans l'opposition.


    C'est le temps de notre liberté..

    Je désire ouvrir la porte de ma cage.

    Je le fais avec courage car cela va à l'encontre de tous mes modèles, soigneusement enregistrés depuis

    des générations et des générations.


    Quel goût peut bien avoir la liberté ?

    Je veux savoir.

    J'irai jusqu'au bout.

     

    Mesnet

     

     Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

     Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

     transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

     Gratitude.

    7 : Interdépendances et interconnexions

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Enfin l'âge d'or                      Enfin l'âge d'or                       Enfin l'âge d'or

     

    Nous sommes enfin au début de l'âge d'or.

    Tant de chemin parcouru !

    Cette année deux et l'aube de tous les possibles.

     

    Je suis infiniment satisfaite de poser clairement sur ce blog quelques étapes de mon

    propre parcours.

    J'ai le sentiment de fermer une porte et d'en ouvrir une autre.

     

    Le ton que j'emploie lorsque j'écris un article aujourd'hui n'est plus le même que celui

    utilisé lors des précédentes étapes.

    Je ne suis plus la même, c'est sans doute pour cette raison !

    Les joies ineffables de l'évolution.

    Je sais qui je suis, cela change tout.

     

    Il n'y a plus vraiment de recherche, juste le plaisir de découvrir ce nouveau monde.

    Je vis et c'est tout.

    J'ai quelques beaux projets, je bouillonne d'envies, de passions.

    J'observe l'effondrement du vieux monde avec sérénité et confiance.

    Et surtout, je vois fleurir partout autour de moi de belles âmes qui me complètent.

    Surtout chez les jeunes.

    Ayons foi en eux !

    Malgré les apparences d'un grand mal être, ils affirment qu'ils veulent vivre

    différemment, en respectant d'autres valeurs.

    Ils sont ceux qui doivent tout réinventer !

    Vous imaginez le challenge, le poids sur leurs épaules ?

     

    Les générations les plus anciennes doivent devenir les sages à leurs côtés.

    Ne plus juger, leur faire confiance, les aider à trouver du sens dans ce qui vient à nous.

     

    La vie est belle.

     

     

    Mesnet

     

     

    Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

    Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

    transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

    Gratitude.

    Enfin l'âge d'or

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     8 : Deux dimensions parallèles                  8 : Deux dimensions parallèles                   8 : Deux dimensions parallèles

     

    Jeudi 31 janvier 2013

     

    Ce n'est pas la troisième dimension qui va se transformer.

    Elle existe, elle fait partie du TOUT, elle va donc perdurer.

    C'est l'être qui change de dimension, pas la dimension qui change l'être.

    Nous nous alignons en ce moment même sur la fréquence de dimensions supérieures.


    Je suis comme une bulle haute fréquence enchâssée dans la troisième dimension.

    Je ne vis plus entre deux mondes mais bien dans deux mondes.

    J''ai l'impression de pouvoir « habiter » mon centre, ce temple au cœur de ma poitrine.

    Je ressens presque un mouvement comme si je m'y rendais.

    Depuis peu, ce centre s'est comme développé.

    Je ne sens plus ce centre au milieu de moi mais je suis ce centre dans son intégralité de la pointe

    de mes pieds jusqu'en haut de ma tête.


    Je vis donc la paix en même temps que l'angoisse !!

    Deux états, deux dimensions, deux ressentis, mais sur la même ligne temporelle.


    La paix amène le détachement.

    Le détachement amène l'acceptation face au chaos de la troisième dimension.

    L'ennui, la présence de Siuru, les soins à apporter à une brebis blessée n'ont plus à être acceptés

    et encore moins aimés.

    Ces éléments sont le scénario de ma vie, mais pas mon être.

    Le quotidien m'atteint donc de moins en moins.

    Il existe mais ne définit plus ce que je suis.

    L’entraînement guerrier a sa raison d'être, je le perçois à chaque pas.

     

    Ajout du 15 septembre 2

    Beaucoup vivent l'étape mentionnée ci-dessus en ce moment.

    Vous captez réellement une autre dimension, celle de la Terre.

    Notre planète nous utilise en tant que canal de façon à effacer l'ancien programme.

    Pour cette raison, vous vous sentez mal alors que votre vie personnelle est plutôt apaisée.

    Vous captez tous simplement le collectif et cette énergie est lourde est angoissante.

    Voici le conseil que j'ai donné ce matin :

    Entre plus avant EN CONSCIENCE dans ce travail ou la terre fait appel à toi, cela va t'aider à prendre du recul face à des énergies qui passent par toi mais qui ne t'appartiennent pas.
    Tu conscientises, tu acceptes, tu organises ces énergies EN TOI par la pensée....et là encore, tu vis deux dimensions : l'une qui ressent ces basses énergies passer par elle et qui ne trouve pas ça agréable, et l'autre, ton vrai toi, qui laisse aller, qui observe ce phénomène et qui ne le ressent pas....et même qui le ressent de façon très positive...

     

     

     

    Mesnet

     

     

     Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

     Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

     transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

     Gratitude.

    8 : Deux dimensions parallèles

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     Parabole                          Parabole                          Parabole

     

    Témoignage posté sur le site du Passeur, début 2013.

    Le choc de la mort et de la résurrection prenait fin.

    Je savais qu'il me restait une étape à franchir et que cela s'effectuerait en Inde.

    Aujourd'hui, je suis montée à mon tour dans ce train, et je m'y sens bien.

     

     

    J'ai passé ma vie dans un train, effectuant un long voyage.

    Ce périple m'a amené à redécouvrir ce que JE SUIS.

    Il a brutalement pris fin il y a quelques semaines et je me suis retrouvée sur le quai.

    Je me suis demandé avec angoisse ce que je faisais là.

    Ce temps d'attente fut comme vide de tout.

    Puis ce matin, de l'autre côté du quai, je vois un nouveau train !

    Il est l'amorce d'un autre mouvement, d'une nouvelle aventure.

    Je sais que ce train m'attend.

    Mais je reste sur le quai.

    Je réalise que ce temps de latence suspendu dans le néant, n'est pas inutile.

    Il devient un « entre deux » nécessaire.

    Je dois encore alléger ce que je suis avant de pénétrer dans ce train tout neuf.

    Je m'aperçois que des wagons sont déjà occupés.

    Une multitude d'éveillés a déjà pris place.

    Une immense joie m'envahit.

    Je ne suis décidément pas seule.

    Je ne suis pas différente des autres.

    Je n'ai pas un acte extraordinaire à effectuer pour sauver le monde.

    Je ne suis pas une élue.

    Je m'aperçois que persistait en moi cette non-connexion au travail du collectif.

    Dieu que l'image de ce train, nous conduisant tous vers d'autres paradigmes est source de paix !

    Il va y avoir tant à créer !

    Il y en aura pour tous !

    Je ne ressens aucun mouvement de jalousie envers ceux qui sont déjà prêts pour le nouveau

    monde.

    Non, pour la première fois, je vis ce qu'est la complétude.

    Votre lumière n'atténue pas la mienne !

    Au contraire, elle la complète.

    Vous m'attendez, vous nous attendez tous pour ce grand voyage.

     

     

    Mesnet

     

    Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

    Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

    transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

    Gratitude.

     

    Parabole

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    18 : Ode à la jeunesse                        18 : Ode à la jeunesse                        18 : Ode à la jeunesse

     

    Mars 2.

      

    Nous avons laissé notre maison à la disposition d'une quarantaine de jeunes, la nuit

    dernière.

    Ils disposaient d'une salle des fêtes et des différents espaces qui sont les nôtres

    habituellement.

      

    Je suis rentrée ce matin.

    Et je les ai trouvé beaux, tout simplement.

    Ils n'avaient pas dormi et pourtant, quelle vitalité et joie de vivre !

    Ils ont sans doute bu (shuuuut !) mais cela ne se voyait pas.

    La musique continuait à résonner dans la forêt avoisinante, mais aucun de ces habitants

    n'est venu se plaindre !

    Ils ont fait le ménage dans la bonne humeur.

    Plusieurs m'ont demandé si j'avais besoin d'aide lorsque j'ai entrepris de rallumer la

    chaudière à bois.

    J'ai échangé avec certains d'entre eux.

    Ils ont des projets, l'envie de vivre chevillée au corps.

      

    Il y a quelque temps, je suis allée écouter certains d'entre vous au Lycée.

    Vous aviez marié les sons du vivant à des textes enregistrés.

    C'était splendide, vraiment.

    Dois-je avouer que j'ai été surprise par la teneur de la plupart des textes que vous aviez

    choisi?

    Combien d'entre vous ont parlé de Dieu ?

    Les trois quarts ?

    Mais finalement, est-ce surprenant ?

    Vous sentez instinctivement l'appel du renouveau.

      

    Jeunes, je vous aime.

    Je désirais juste vous le dire aujourd'hui puisque certains d'entre vous me lisent.

    Vous êtes la force de ce monde.

    Vous êtes intelligents et grands.

    Que de lumière je vois en vous.

    Vous allez nous faire un beau monde !

    Je le sais et vous en remercie.

     

    A défaut d'ode en musique, je joins un morceau de Keny Arkana.

    Cinquième soleil

      

    Mesnet,

    celle qui aurait bien dansé avec vous ce matin. yes

     

    18 : Ode à la jeunesse

      

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique